Marion Kooans (C) and other members of the World Health Organization (WHO) team, investigating the origins of the Covid-19 coronavirus, arrive at the Baishazhou market in Wuhan, China's central Hubei province on January 31, 2021. (Photo by Hector RETAMAL / AFP)

Les experts de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) qui enquêtent en Chine sur l’origine du coronavirus se sont rendus dimanche au marché Huanan de Wuhan, premier foyer connu de l’épidémie, selon des journalistes de l’AFP sur place.

Ce marché, où étaient notamment vendus des animaux sauvages vivants, est fermé depuis janvier 2020, et des gardiens n’ont laissé entrer que les véhicules du groupe d’enquêteurs de l’OMS.

Sortis jeudi de 14 jours de quarantaine, les membres de l’équipe ont entamé vendredi leur enquête de terrain.

Cette visite est ultra-sensible politiquement pour Pékin, accusé d’avoir tardé à réagir face aux premiers cas de Covid signalés fin 2019 dans l’immense métropole du centre de la Chine.

Le pouvoir communiste est quasi-muet sur le sujet et Pékin minimise la portée de la mission des spécialistes étrangers: « Ce n’est pas une enquête », a affirmé vendredi un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian, refusant que son pays soit pointé du doigt.

Dimanche, les experts n’ont répondu à aucune question à leur arrivée au marché, l’un d’eux a relevé la vitre de sa voiture quand un reporter lui a demandé ce qu’il attendait de la visite. Des membres des services de sécurité ont intimé aux journalistes présents aux environs de s’en aller.

Un peu plus tard, aux journalistes qui demandaient de loin en criant si les experts étaient satisfaits de la visite, l’un a fait un signe d’approbation avec le pouce.

– « Sites très importants » –

Peter Daszak, un des membres de la mission d’enquête, a tweeté que celle-ci avait réalisé « des visites de sites très importants, un marché de gros d’abord et maintenant le marché de produits de la mer de Huanan ».

« Très informatif et crucial pour permettre à nos équipes conjointes de comprendre l’épidémiologie du Covid, comment il a commencé à se propager à la fin de 2019 », a ajouté le président d’EcoHealth Alliance, une association basée aux Etats-Unis et spécialisée dans la prévention des maladies.

Le quotidien nationaliste Global Times a publié il y a quelques jours un article relativisant l’importance du  marché de Huanan dans l’origine de la pandémie, en affirmant que des « investigations » suggéraient qu’il n’était pas la source de l’épidémie.

Et dimanche, le journal enfonçait le clou, en écrivant: « la possibilité que le coronavirus soit arrivé par des produits de la chaîne du froid à Wuhan, ou de façon plus spécifique, au marché de Huanan (…) ne peut pas être exclue.

Les responsables chinois avaient initialement identifié les animaux sauvages vendus au marché de Huanan comme la source probable de l’épidémie, au point d’agir en réponse contre le commerce des animaux exotiques.

Mais depuis, les médias officiels jugent que le virus est probablement né ailleurs, avançant que la maladie aurait pu être importée à Wuhan.

Il n’y a aucune certitude scientifique sur la question de l’origine et il se peut qu’elle ne soit pas partie du marché de Huanan.

Notamment car il faut beaucoup de temps à un virus pour muter au point de devenir hautement contagieux. Or le virus était déjà très contagieux lors de son signalement en décembre 2019. Les autorités chinoises n’ont cependant présenté aucune preuve d’une éventuelle introduction de l’étranger du virus.

Dimanche matin, les experts de l’OMS ont aussi visité le gigantesque marché de gros de Baishazhou.

Entaché par une gestion controversée durant les premières semaines de l’épidémie, le pouvoir communiste vante au contraire sa victoire face au coronavirus, tandis que le reste du monde apparaît comme dépassé par l’épidémie.

Si la Chine a pu limiter la contagion à moins de 90.000 cas et le nombre de décès à 4.636, selon le décompte officiel, le virus s’est répandu à la surface du globe, avec un bilan de plus de 2 millions de morts.

Samedi, les experts de l’OMS avaient été conduits, sous bonne escorte et à distance de la presse, à l’hôpital Jinyintan de Wuhan, le premier à avoir accueilli des patients atteints de ce qui n’était alors qu’un mystérieux virus.

Ils ont en outre été conduit à une immense exposition à la gloire du Parti communiste qui rend hommage aux sauveteurs chinois.