Scarlett Johansson et Disney ont annoncé jeudi avoir trouvé un accord sur le différend financier qui les opposait depuis la sortie du film « Black Widow » en streaming en même temps que dans les salles de cinéma, ce que l’actrice considérait comme une rupture de contrat.

Scarlett Johansson, l’une des stars les mieux payées d’Hollywood, avait droit à un pourcentage sur les recettes récoltées par le très attendu film Marvel, dont elle est la vedette, selon une plainte déposée fin juillet devant un tribunal de Los Angeles.

Elle estimait donc que la sortie du film simultanément dans les salles et sur Disney+, le service de vidéo à la demande du géant du divertissement, s’était soldée pour elle par un manque à gagner de plusieurs millions de dollars.

Disney, qui possède les studios Marvel, avait affirmé de son côté ne pas avoir violé le contrat, reprochant à l’actrice de faire fi de « l’impact mondial horrible et prolongé de la pandémie de Covid-19 ».

Prévue en 2020, la sortie de « Black Widow » avait en effet été repoussée à plusieurs reprises en raison de la fermeture des cinémas provoquée par la crise sanitaire.

Grâce à cet accord, dont les termes n’ont pas été dévoilés, Scarlett Johansson et Disney sont désormais redevenus les meilleurs amis du monde.

« Je suis heureuse que nous ayons pu résoudre nos différends avec Disney », écrit l’actrice dans un communiqué transmis à l’AFP.

« Je suis incroyablement fière du travail accompli ensemble au fil des ans et j’ai énormément apprécié ma relation artistique avec leur équipe. J’ai hâte de poursuivre notre collaborations dans les prochaines années », poursuit-elle.

« Je suis très heureux que nous soyons parvenus à un accord mutuel avec Scarlett Johansson concernant +Black Widow+ », écrit de son côté Alan Bergman, président des studios Disney, saluant « ses contributions à la franchise cinématographique Marvel ».

Selon le site spécialisé Deadline citant une source proche du dossier, l’accord se chiffrerait en « dizaines de millions » de dollars.