Joanna Tour, députée de Port-Louis Nord et de Montagne-Longue, a voulu savoir auprès de Bobby Hurreeram, ministre des Infrastructures publiques, quelles sont les mesures prises concernant les zones inondables dans la circonscription No 4. Le ministre a répondu que la Land Drainage Authority (LDA) en a identifié 289, dont 22 sujettes aux inondations sont situées dans la circonscription No 4. De plus, les régions de Morcellement La Vallée, Lecornue, Sainte-Croix, Morcellement Raffray, Terre-Rouge et Cité Roma, Riche-Terre, sont considérées comme des zones à haut risque, où il pourrait y avoir « un risque de perte de vie ou de dommages matériels et environnementaux en cas d’averses ».

Pour y remédier, les projets en cours dans ces régions sont :

1) la construction de 4 km de réseau de drainage à Morcellement La Vallée Lecornue, Ste-Croix, pour un montant estimé à Rs 140,8 millions – le projet est en cours et a été complété à 33%;

2) la construction d’un drain au pied de la montagne et d’un réseau de drainage à Morcellement Raffray pour un montant estimé à Rs 100 millions;

3) la démolition et la reconstruction du ponceau, y compris le nettoyage et le désenclavement de la rivière, la fourniture de pierres et la construction d’un réseau de drainage à Cite Roma, Riche-Terre, pour un coût estimé à Rs 45 millions; et

4) la modernisation de 1,2 km du canal Anglais et la construction de 2 km de tabliers en béton pour un montant estimé à Rs 114,7 M – le projet est en cours et a été achevé à hauteur de 13%.

Trois autres projets sont en cours dans les régions de Morcellement Goolamally, Le Hochet, Terre-Rouge, Allée Père Laval, Sainte-Croix et Chitrakoot pour un montant de Rs 21,7 millions. Le ministre a également fait savoir que les autorités ont des projets de drains pour lutter contre l’accumulation d’eau dans des localités, telles que Cité La Cure, Sainte-Croix et Vallée-des-Prêtres, à hauteur de Rs 2,6 millions.

En outre, la Road Development Authority (RDA) s’est également attaquée aux inondations, en ce qui concerne l’accumulation d’eau sur les routes. Au cours de l’exercice de cette année, trois projets ont été réalisés par la RDA, à savoir la construction de sentiers et de drains en bordure de route dans la région de Vallée-des-Prêtres, Notre-Dame et Crève-Cœur, à hauteur de Rs 24,8 millions.

Le ministre Bobby Hurreeram a fait savoir qu’il y a d’autres projets qui comprennent 16 projets de drainage entrepris, qui sont évalués à environ Rs 449,8 millions, en vue d’atténuer les inondations dans les régions sujettes aux inondations. Il a cité, à titre d’exemple, le Pont Marjolin, à Cité La Cure, où la zone a été constamment inondée lors de fortes averses les années précédentes, alors que, pendant la saison des pluies en cours, aucune inondation n’a été observée, et ce depuis que la National Development Authority (NDU) a reconstruit le pont et a mis en place des digues remplies de pierres le long du tronçon de la rivière Latanier au cours de l’exercice budgétaire 2019-20.

Le ministre a aussi souligné que, pendant les travaux, la LDA a veillé à ce qu’il y ait une coordination et un suivi appropriés des projets mis en œuvre partout à Maurice. Un comité de coordination et de maintenance a été mis en place en janvier 2018 au niveau de la LDA pour assurer une synergie entre les parties prenantes concernant la construction de canalisations de manière durable et efficace.

La construction d’infrastructures de drainage, a insisté le ministre, « n’est pas la seule solution » pour résoudre le phénomène des inondations. Le nettoyage et l’entretien des drains, ponceaux, ponts, rivières et cours d’eau existants sont également importants pour éliminer tous les débris et obstructions qui s’y trouvent et pour permettre un écoulement libre.

Par le biais du Fonds national pour l’environnement, Rs 25 millions ont été fournies par le ministère des Finances pour le nettoyage des égouts, des rivières et des cours d’eau, au coût de Rs 2 millions. Pour faciliter le nettoyage et l’entretien des canalisations, rivières et cours d’eau, les autorités locales ont été dotées d’équipements supplémentaires au cours de l’exercice 2019/2020, à hauteur de Rs 39 millions.

La LDA a aussi élaboré un plan de maintenance dans le but d’atténuer l’impact des inondations de manière proactive. Elle a insisté sur le fait que le comité de coordination et de surveillance respecte strictement le calendrier d’entretien prévu et veille à la propreté des égouts, des rivières et des cours d’eau en vue de la saison des pluies.

Le ministre a fait savoir que 53 km de rivières hors de la juridiction de la circonscription No 4, notamment Rivière Latanier et Canal Mamzelle, soit 8 km, ont déjà été nettoyés et assainis, surtout le long des zones résidentielles. De même, sur 53 km de drains dans la circonscription No 4, 18 km sont situés dans des zones à risque d’inondation qui ont déjà été nettoyés.

Le ministre Hurreeram a souligné que, depuis son entrée en fonction en novembre 2019, son ministère avait investi « massivement ». Cependant, dit-il, il n’y a pas de risque zéro. « Le gouvernement a sa part de responsabilité. Nous comptons également sur nos citoyens pour s’assurer qu’il n’y ait pas de déversement illégal de déchets dans les cours d’eau, de construction de maisons dans les zones basses, d’altération des voies de drainage naturelles et l’empiétement sur les réserves. »

À cet effet, la Land Drainage Authority a lancé une campagne agressive de sensibilisation à la télévision nationale et s’est également entretenue dans les écoles primaires et les collèges pour mieux faire face aux problèmes d’inondations. Et le gouvernement demande à tous les habitants de cette circonscription « de faire des efforts et de collaborer ».

17 permis pas considérés

La même députée, Joanna Tour, a voulu avoir des informations auprès de la LDA sur le nombre de demandes concernant les permis de morcellement traitées et si son ministère est en présence d’une demande de construction d’un morcellement dans une zone inondable, à Sainte-Croix et, le cas échéant, en indiquer le résultat.

La Land Drainage Authority (LDA) a répondu que le ministre Bobby Hurreeram est membre coopté du Morcellement Board, que 849 demandes de permis ont été traitées et que 17 n’ont pas été considérées favorablement du point de vue du drainage des terres. Les applications, qui n’ont pas été approuvées, sont situées dans les limites des zones sujettes aux inondations et sont traversées par un drain naturel de l’eau. D’où la décision de ne pas accorder le permis pour ne pas accentuer le risque d’inondation des zones concernées.

Le comité de la LDA a fait savoir que, dans la région de Ste-Croix, trois demandes de morcellement ont été rejetées au niveau du Morcellement Board, tandis qu’une lettre d’intention pour trois autres projets de morcellement a été émise le 23 février 2016, le 8 juin 2018 et 15 juin 2018, respectivement. Sur ces trois derniers sites, on constate, avec inquiétude, qu’il y a eu remblayage des cours d’eau naturels. Sur l’un des sites à savoir, la Société Vallée de Sainte-Croix, les travaux de construction ont commencé, mais le promoteur ne respecte pas les conditions de sa lettre d’intention.

Cela a été signalé au Conseil municipal de Port-Louis à trois reprises, à savoir le 28 décembre 2020, le 6 janvier et le 30 mars derniers. Un ordre d’arrêt a été émis par le Conseil municipal de Port-Louis le 1er avril et des actions sont envisagées. La question est étudiée en étroite collaboration avec le ministère des Collectivités locales et de la Gestion des risques de catastrophe et le Conseil municipal de Port-Louis.