Richarno Colin et Bruno Julie ne seraient pas éligibles pour siéger au sein de la Commission des athlètes, selon les règlements en vigueur

Le Comité olympique mauricien (COM) veut ôter toute ambiguïté ou controverse dans le cadre de l’élection au sein de sa Commission des athlètes, fonction qui était prévue le 29 décembre dernier à son siège à Trianon et qui a été repoussée. C’est ainsi qu’un avis légal sera recherché, tandis que le Comité international olympique (CIO) a été contacté hier. Par la suite, la Commission électorale sera de nouveau sollicitée afin de conduire cette élection qui permettra à cinq membres, soit des sportifs ayant participé à une des trois dernières éditions des Jeux Olympiques et des Jeux du Commonwealth, de siéger au sein de cette commission.

« Nous sommes confrontés à un sujet sensible et l’avis légal de même que la décision du CIO nous permettront de statuer sur l’égalité des genres, surtout au niveau de la catégorie des Olympiens », souligne Philippe Hao Thyn Voon, président du COM. Pour rappel, la polémique a été déclenchée suite à des protestations des dirigeants de l’Association mauricienne de boxe (AMB) concernant la candidature d’un de ses licenciés, à savoir Merven Clair.

L’instance fédérate, par la voix de son président, Indiren Ramsamy, argue qu’elle n’avait pas été contactée par le COM pour cette candidature et que le boxeur avait comme priorité cette saison de préparer le dernier rendez-vous qualificatif en vue des Jeux Olympiques de Tokyo. Merven Clair, qui aurait dû être élu de facto, étant le seul représentant masculin, devait alors se désister. Le problème était toutefois loin d’être résolu du fait que l’AMB proposait le nom de Bruno Julie, alors que le COM était en faveur de la candidature de Richarno Colin.

Mais voilà, ces deux sportifs ne sont également pas éligibles étant donné qu’ils sont tous deux rétribués au niveau du ministère de l’Autonomisation de la Jeunesse, des Sports et des Loisirs, le médaillé olympique pour sa fonction d’entraîneur au sein du club de Trèfles/Rose-Hill et l’aîné des frères Colin en tant qu’employé au Mauritius Sports Council. Dans un tel de cas de figure, la boxe ne pourra avoir de représentant au sein de la Commission des athlètes, d’autant qu’un autre candidat potentiel, à savoir Kennedy St Pierre, a pris ses distances de cette discipline la saison dernière.

« Les règlements doivent être respectés et ils sont en vigueur depuis une bonne dizaine d’années. Les sportifs, actuels ou anciens, rétribués au sein du ministère des Sports, ne sont pas éligibles à siéger au sein de cette commission », maintient le président du COM. Ce dernier veut également mettre un terme aux rumeurs concernant un conflit entre Bruno Julie, qui était un ancien employé au sein de sa défunte compagnie PAD & Co., et lui. « Je n’ai absolument rien contre Bruno. Nous nous sommes croisés vers la fin de l’année dernière et nous nous sommes parlé avec courtoisie. Qui plus est, je me suis toujours battu pour lui », affirme-t-il.

Quoi qu’il en soit, il demeure évident qu’un nouvel appel de candidatures devra être effectué en marge de cette élection. Valeur actuelle, les candidates en lice au niveau de la catégorie olympique demeurent l’haltérophile Roilya Ranaivosoa, la judokate Christianne Legentil et l’ancienne athlète Annabelle Lascar-José.