Sans le vouloir, Merven Clair se retrouve au centre d'une polémique

Les élections au niveau de la Commission des athlètes sous l’égide du Comité Olympique Mauricien (COM) vont de rebondissements en rebondissements. Surtout en ce qui concerne la participation du boxeur Merven Clair sur la liste des candidats ayant participé à une des trois dernières éditions des Jeux Olympiques. Bien malgré lui, sans doute, il se retouve au centre d’une controverse à la veille de ces élections qui se dérouleront de dix heures à midi au siège du COM à Trianon. Une réunion prévue cet après-midi entre Philippe Hao Thyn Voon, président du COM, et Irfaan Rahman, Commissaire Electoral, devrait éclaircir la sitiation.

Dans un premier temps, soit jusqu’à mercredi dernier, le nom de Merven Clair figurait sur la liste des Olympiens aux côtés de l’haltérophile Roilya Ranaivosoa-Coret, de la judokate Christianne Legentil et de l’ancienne athlète, Annabelle Lascar-José. Il était alors question qu’il soit élu de facto, vu qu’il était l’unique candidat masculin en lice. Toutefois, il devait se désister, en arguant qu’il devait se concentrer sur sa préparation en vue du dernier tournoi qualificatif pour les Jeux Olympiques de Tokyo, et également sur celle de la prochaine édition des J.O. prévue à Paris 2024, ayant étant retenu dans le projet Horizons Paris 2024. «Je n’ai subi aucune pression et j’ai pris cette décision après mûre réflexion. C’est une décision personnelle, car mon combat demeure la préparation en vue des Jeux Olympiques», devait nous déclarer Merven Clair.

Suite à cette décision, l’Association mauricienne de boxe (AMB) devait soumettre un courrier au COM, confirmant ce désistement. Or, le problème n’est pas résolu, du fait que la lettre aurait du porter la signature de Merven Clair et non celle d’Indiren Ramsamy, président de l’AMB. Selon les directives du Comité International Olympique (CIO), le COM doit se retrouver en contact uniquement avec les boxeurs, et non pas avec l’instance fédérale, vu que l’Association internationale de boxe amateur (AIBA) est actuellement suspendue. De ce fait, le courrier de l’AMB ne peut être pris en considération. Qui plus est, la date limite pour le retrait des candidatures a expiré depuis vendredi dernier. De ce fait, le nom de Merven Clair ne peut être retité de la liste, et il est de ce fait élu de facto. Et ce, même si le boxeur a soumis un courrier, ce matin.. «Une lettre signée Merven Clair avant la date limite aurait changé les données. Il faut comprendre que la Commission Electorale s’appuiera sur les documents», soutient Philippe Hao Thyn Voon. Si le protocole avait été respecté, les trois sportives auraient alors été élues de facto, et le représentant masculin aurait été choisi entre ceux inscrits au niveau de leur participation aux Jeux du Commonwealth. A savoir, le badiste Julien Paul, le cycliste Dylan Reddy et le lutteur Guylian Bandou.

Reste qu’Indiren Ramsamy n’arrive pas à comprendre l’attitude des dirigeants du COM à l’égard de sa fédération et se pose des questions. «Pourquoi le COM ne nous contacte-t-il dans la transparence ? Pourquoi ignore-t-il une fédération qui a apporté à la République de Maurice sa seule médaille olympique? Pourquoi veut-on prendre Merven en otage ? ». Et ce, tout en maintenant le fait que Merven Clair sera souvent absent du pays en raison de sa préparation et que Bruno Julie aurait été le candidat idéal pour se retrouver au sein de la Commission des athlètes. Si au niveau du COM, on affirme que ce dernier est retribué par le Ministère des Sports en tant qu’entraîneur régional, et n’est donc pas éligible, l’AMB avance de son côté que Merven Clair bénéficie d’une bourse de haut niveau de ce même ministère. Au fait, la polémique devrait être close d’ici la fin de matinée de demain.