VIVIAN GUNGARAM

Le président de l’Association mauricienne d’Athlétisme (AMA), Vivian Gungaram, a dénoncé, en fin de semaine, une démarche malsaine visant à le discréditer publiquement. Selon lui, les dénonciations faites par le groupe de réflexion par rapport au fonctionnement du Comité olympique Mauricien (COM) et la création des fédérations à caractères douteux, à la veille des élections de cet organisme, agacent.

Vivian Gungaram a été mis au parfum de cette démarche par un des anciens membres de la fédération qui a pris ses distances de celle-ci. « J’ai été outré en écoutant ces propos. La question a même été évoquée, lors de notre réunion du comité directeur de jeudi », déclare-t-il. Selon ses dires, la personne en question a reçu, il y a un peu plus d’une semaine, un appel d’un dirigeant très connu et qui se reconnaîtra, lui demandant d’animer un point de presse pour « desann Vivian Gungaram. »

« Cet ancien membre a catégoriquement refusé et je salue son courage. Il m’a appelé, une fois encore, lors de la semaine écoulée, pour me dire que la personne lui avait encore contacté pour essayer de le convaincre. Mais il n’a pas abdiqué », déclare Vivian Gungaram. Pour lui, c’est désolant et malheureux que certaines personnes essaient, par tous les moyens, de le discréditer. « Ce genre de comportement n’a pas sa place dans le sport », ajoute-t-il.

Rappelons que, récemment, trois athlètes, nommément Roilya Ranaivosoa (haltérophilie), Merven Clair (boxe) et Caroline Ramasawmy (tennis de table), avaient pris position pour défendre le très critiqué président du COM, Philippe Hao Thyn Voon en tirant à boulets rouges contre les membres du groupe de réflexion.