La technologie de la 5G, déployée dans certains pays au monde tels la Corée du Sud, la Chine, les États-Unis, le Royaume-Uni ou l’Arabie Saoudite, pourra bien être une réalité à Maurice. Or, l’échéance n’est pas encore connue mais elle le sera « très bientôt ». C’est ce qu’en pense le ministre de la Technologie, Deepak Balgobin, qui participait à l’ouverture d’une formation intitulée « Myths & Realities of 5G » organisée par Huawei Technologies (Mauritius) Ltd à l’hôtel Labourdonnais à Port-Louis.
« La 5G est une technologie que devra adopter Maurice pour l’avenir de la nation. C’est une technologie de demain qui prend de l’ampleur. Madagascar a déjà déployé la 5G. Dans un proche avenir, la technologie 5G sera une réalité à Maurice », avance le ministre à l’issue de la cérémonie protocolaire. Selon Deepak Balgobin, la 5G suscite des interrogations également. D’où cette formation pour mieux comprendre les avantages et les désavantages associés à cette technologie. Il fait ressortir que Maurice est fortement connectée à la fibre sur tout le continent africain mais reconnait que nous ne serions pas le premier en 5G en Afrique.
Citant un article sur la 5G, il avance que celle-ci a été mise en oeuvre dans 378 villes à travers 34 pays au monde. La Corée du Sud mène la course avec 85 villes couvertes par la 5G suivie de la Chine, des États-Unis et du Royaume-Uni. « Les grandes puissances économiques sont dans cette nouvelle aventure », indique-t-il. D’autres pays, tels l’Allemagne et les Émirats Arabes Unis, le sont également.
Pour Deepak Balgobin, il convient de comprendre la 5G car cette technologie a la capacité à développer l’écosystème mobile. Cette technologie, qui deviendra une réalité à Maurice, selon le ministre, pourra réaliser de grands progrès, dont l’E-Surgery.
Cette formation, qui a débuté lundi, reprend la semaine prochaine pour une durée de trois jours.

———————————————

Questions à Ashish Ramsurrun – VP/Director Enterprise BG chez Huawei (Mauritius) : « Je crois qu’il n’y a pas d’Engineering Challenge »

Croyez-vous que nous sommes prêts pour la technologie 5G à Maurice ?

Si nous avons les fréquences voulues et que l’on s’inscrit dans les quelques fréquences avec l’Information and Communication Technologies Authority (ICTA), je crois qu’il n’y a pas d’engineering challenge. Cela peut se faire car nous avons les compétences. La différence entre la 4G et la 5G c’est qu’il faut plus de sites mais ce ne sont pas les grandes tours. La 5G est beaucoup plus efficiente. Nous aurons moins de grandes tours qui irradient partout. Nous aurons des monopoles sites dans les villages ou des villes pour commencer. Pour cet aspect, nous devons faire plus efforts, d’où cet atelier de travail pour voir comment faire adopter la 5G à Maurice. Cela est très faisable à Maurice et on est prêt.

La technologie 5G suscite toutefois plusieurs interrogations. Mais quels en sont les avantages ?

On parle tous de la vitesse de la 5G même si on est satisfait de la vitesse de la 4G de nos opérateurs. La 5G réduit la faible latence. Mais cela dépend si nous les appliquons. On parle de latence lorsque les voitures communiquent entre elles, mais à Maurice, les voitures ne vont pas rouler par elles-mêmes tout de suite. Prenons l’économie marine : aujourd’hui, si nous voulons faire des big scale farms, il faut des sensors pour savoir quel est le taux de pollution, et ce qu’il en est de la nourriture et du climat. Allons-nous connecter de longs câbles de fibre optique pour arriver aux fermes ? Dans ce contexte, nous voyons l’importance de la 5G qui est plus réaliste pour nous. On parle d’AR et de VR aujourd’hui mais cela est connecté à la WiFi et à la maison. Mais comment apporter cela en dehors ? Ce sera grâce à la 5G. Et ceci n’est que le commencement.

On avance que la 5G est la cause de plusieurs maladies. Qu’en pensez-vous ?

La fréquence de la 5G n’est pas exceptionnelle. Nous avons des fréquences, dont les rayons X qui sont dangereux pour la santé. Mais lorsque nous allons vers la 5G, ce sont des fréquences tout près des bandes de la 4G. Ce ne sont pas de hautes fréquences.

La 5G présente plusieurs opportunités pour les jeunes en termes d’emploi…

Nous avons une cinquantaine d’étudiants des universités qui sont dans le programme. Depuis les dix dernières années, nous avons envoyé des Mauriciens en Afrique pour déployer la technologie. Huawei croit dans le potentiel de Maurice et voilà pourquoi, elle investit dans le développement des compétences locales pour que nous puissions développer cette technologie en Afrique.