Cour de Mahébourg

La force policière a eu recours à des dispositions spéciales, ce mercredi 2 septembre, en marge de la comparution en la cour de Mahébourg des frères Dardenne, sur qui pèsent une charge provisoire « d’assault with premedidation » logée par le proche d’un partisan du MSM.

A cet effet, des barrières en métal ont été installées en pleine rue afin de limiter l’accès à l’enceinte de la cour. Des policiers postés aux abords des barrières vérifient l’identité de chacune des personnes souhaitant se rendre en cour.

Ces mesures ont été prises suite aux incidents ayant éclaté à la cour de Mahébourg lors de la comparution des ministres Kavy Ramano (Environnement) et Sudheer Maudhoo (Pêche), contre qui une Private Prosecution a été logée par l’activiste Bruneau Laurette pour « culpable ommission » suite à l’échouement du MV Wakashio sur les récifs de Pointe d’Esny.

Le jour de la comparution des ministres, des partisans du MSM avaient manifesté illégalement devant la cour de Mahébourg. Ils ont toutefois été confrontés par des habitants de la région et ceux dont le quotidien a été chamboulé par le déversement d’hydrocarbures dans les lagons.

Une plainte avait été logée par le proche d’un partisan du MSM tard dans la nuit de vendredi à samedi contre les frères Dardenne, des skippers de Trou d’Eau Douce. Ces derniers avaient été arrêtés par la police au petit matin à leur domicile.

Une charge provisoire de « assault with premedidation » devait être retenue contre eux. Les frères Dardenne avaient passé la nuite en cellule avant de recouvrer la liberté conditionnelle le lendemain.

A savoir que le Bar Council a été interpellé par les avocats des frères Dardenne, car ils avaient été refusés tout accès à leurs clients samedi lors de leur interrogatoire. De plus, ils ont souligné que les frères Dardenne avaient été arrêtés sans mandat d’arrêt.