Photo illustration

La compensation salariale à être payée à tous les salariés à partir du 1er janvier s’invite au débat politique en cette fin d’année. Le ministre des Finances, Renganaden Padayachy, présidera le mercredi 25 novembre des consultations tripartites avec les partenaires sociaux en vue de décider du quantum de la compensation salariale. Mais auparavant, le Technical Committee se réunira le lundi 23 sous la présidence du ministre du Travail, Soodesh Callychurn, avec à ses côtés, la directrice de Statistics Mauritius, Ms Cheung Kai Suet, en vue de décider du taux d’inflation pour 2020, un paramètre majeur dans la détermination du montant de la compensation à être accordé.

Dans ses dernières analyses, la Banque de Maurice, dont la réunion du Monetary Policy Committee a été convoquée ce même mercredi 25, fait état d’une progression du Consumer Price Index (CPI) d’un mois à l’autre à la fin de septembre dernier “reflecting the increase in the price of food products, cigarettes and other goods and services”. De ce fait, la Year-on-Year Inflation pour septembre est de 2,6% contre 1,5% à la fin du mois précédent.

Après les délibérations du mercredi 25 novembre sur le quantum de la compensation salariale, le ministre du Travail pilotera l’Additional Remuneration Bill à l’Assemblée nationale avant les prochaines vacances de fin d’année qui se profilent déjà. Il saisira peut-être l’occasion pour rappeler aux employeurs du secteur privé que même en cette année exceptionnelle de Covid-19, le paiement du boni de fin d’année reste une obligation contractuelle.

Toutefois, du côté des employés du secteur public, les dirigeants syndicaux comptent profiter de la présence du Grand Argentier pour obtenir des compléments d’information au sujet du calendrier pour la publication du rapport du Pay Research Bureau sur les recommandations au sujet des salaires et des conditions de service. La promesse électorale d’il y a un an aux fonctionnaires est que peu importe la date de publication, le prochain rapport du PRB prendra effet à partir du 1er janvier 2020 avec un paiement intérimaire de Rs 1 000 déjà effectué depuis le début de cette année.

Les débats lors de ces prochaines consultations tripartites devraient dépasser le cadre de la progression de l’inflation pour aborder le volet de la perte dramatique du pouvoir d’achat des ménages due aux réductions de salaire et des révisions à la baisse des conditions de service dans le sillage des séquelles de la pandémie.

Et d’un autre côté se pose la question de la Capacity to Pay des opérateurs économiques affectés de plein fouet par la crise économique qui n’épargne aucun secteur économique, l’Hospitality Sector toujours à genoux et sans aucune visibilité en dépit de toute la résilience de ce secteur et les incertitudes par rapport à la seconde vague de COVID-19 balayant l’Europe.