Professionnelle dans le secteur de l’hôtellerie, 15 ans d’expérience dans la filière de Sales & Marketing, une maîtrise en Business Marketing et détentrice d’un Bachelor with Honors en Tourism & Hospitality Management, Catherine Capdor est aussi une passionnée des réseaux sociaux, plus précisément d’Instagram, qui compte, dit-elle, environ 40 000 Mauriciens. Forte de son expérience dans ce domaine, elle a décidé de mettre en place les Influencers Award 2020, qui auront lieu le 19 décembre au Sugar Beach Resort. Créatrice des Awards des “influencers”, Catherine Capdor dit « rechercher avant tout, dans une photo postée, l’originalité, la créativité et l’innovation, de même que le message qui va avec ».

Éloquente, toujours bouillonnante d’idées, Catherine Capdor raconte que la mise sur pied des Influencers Award 2020 s’est faite « par passion » et surtout pour promouvoir le travail effectué par les “influencers”. « J’ai voulu mettre en avant leur savoir-faire. À l’étranger, c’est un métier à part entière et qui rapporte bien. Les Influencers sont des stars présentes sur les catwalks, pour les lancements de produits ou encore pour tester les nouvelles voitures, alors qu’à Maurice, les entreprises n’arrivent pas à quantifier leur rapport et, du coup, ne leur portent pas le même regard. D’ailleurs, en sus de Bobby Ramasawmy et Kelly Cheong, l’équipe organisatrice compte deux influenceurs, soit Ally Royals et Ashley Rambhojun. »

Catherine, qui exerce dans le milieu hôtelier, trouve que la pandémie « a beaucoup ralenti » à la fois l’économie et le tourisme, d’où ce besoin de se réinventer constamment. Avec ce relent d’activités rendant sombre l’industrie hôtelière, elle a décidé de faire valoir son île autrement, à travers le travail d’autres “influencers”. Son choix pour ce concours repose sur des catégories bien distinctes, comme elle le dit clairement : « En choisissant des catégories bien définies, on met à l’honneur le charme de Maurice, ses atouts, notre culture et nos artistes. La démarche de ce concours est aussi de créer une visibilité pour mon île natale. De plus, le gagnant de la catégorie Travel & Lifestyle recevra deux billets d’avion pour un séjour à Rodrigues, grâce à nos sponsors. »

Les critères de participation, selon les dires de Catherine Capdor, sont en premier lieu avoir une présence sur les réseaux sociaux et être actif. Cela comprend les “influencers”, bloggeurs, créateurs de contenu digital, “youtubers” et “tiktokers”. Notre intervenante insiste sur le fait que Maurice « regorge d’Influencers doués » et que la tâche des membres du jury sera en quelque sorte « ardue » pour départager du lot celui ou celle qui aura eu l’œil pertinent dans la réalisation de ses œuvres.

« Une question d’engagement »

De nos jours, beaucoup d’hôtels, d’entreprises ont recours aux “instagrammers”, à tel point qu’on se demande si cette mode est devenue un “craze” intensifié en cette période de pandémie. À cela, Catherine répond par l’affirmatif, tout en concédant que Instagram est pour une clientèle plus jeune. « À Maurice, ils sont environ 40 000 à être présents sur ce réseau et on peut toucher notre cible en fonction de leur centre d’intérêt. En établissant les paramètres de chaque campagne, nous pouvons également évaluer le retour sur investissement. »

En tant que créatrice des Awards des Influencers 2020, Catherine Capdor dit « rechercher avant, tout dans une photo postée, l’originalité, la créativité et l’innovation, de même que le message qui va avec ». Elle ajoute : « Il est vrai qu’avec le craze qui court, beaucoup veulent être influenceurs et j’admire le travail de certains. Il ne suffit pas simplement de faire une photo ou une vidéo et la poster. C’est aussi une question d’engagement avec ses Followers, de constamment susciter leur intérêt et se différencier. Certains influenceurs sortent vraiment du lot et nous souhaitons faire reconnaître leurs talents afin que les entreprises puissent faire appel à leurs services. »

Pour les Influencers Award 2020, notre interlocutrice s’attend à recevoir la participation d’une cinquantaine de personnes. Mais, à ce jour, plus de 75 postulants ont émis le souhait de figurer au concours, et comme il reste une semaine avant la fermeture des inscriptions, elle s’attend à recevoir une centaine de candidats.

À la question de savoir comment on aborde un “influencer” et sur quel critère repose son choix de communication visuelle, Catherine Capdor répond que, de nos jours, plusieurs outils de communication digitale sont utilisés, notamment YouTube, Instagram, Facebook, Tiktok, Snapchap. « Définir son objectif et sa clientèle nous aide dans le choix de l’outil. Instagram parle aux jeunes, Tiktok aux adolescents alors que Facebook est pour une audience mature. Il va de soi que l’influenceur choisi doit correspondre à notre domaine (mode, automobile, voyage entre autres) et à nos critères établis. Le but recherché doit être communiqué clairement à l’influenceur au départ de chaque campagne. Avoir l’exclusivité de l’influenceur est un grand atout. »

« Créativité et innovation, des atouts non-négligeables »

De nos jours, une entreprise se doit d’intégrer les “influencers” dans sa stratégie de développement, car pour notre intervenante, les réseaux sociaux forment une partie intégrale de toute communication et à l’ère du temps où nous sommes, ne pas avoir une présence digitale peut engendrer un manque à gagner pour l’entreprise. « Tout comme le site web, Instagram et Facebook sont aussi des vitrines et un moyen de faire connaître ses produits et ses services. » Pour mener une collaboration efficace avec un “influencer” sur les médias sociaux, Catherine est d’avis qu’il faut avant tout « définir le but de cette collaboration, en créant une visibilité, en élargissant une base des “followers” ou tout simplement en augmentant la vente de ses produits ».

Dans le même ordre d’idées, elle poursuit qu’il est important aussi de savoir choisir “l’influencer”qui se prête le mieux au secteur. Explications : « Qu’il soit à l’image de notre compagnie afin de s’assurer qu’on touche la clientèle souhaitée et s’assurer qu’il/elle ait compris notre objectif. Les résultats sont instantanés sur les réseaux sociaux, par contre, on doit faire attention aux Influencers qui achètent des Followers car c’est ainsi qu’on se retrouve avec des Fake Accounts. »

À la question de savoir la manière dont les hôtels doivent s’y prendre pour gagner la guerre sur la COVID-19, Catherine Capdor dira sans détour que le changement est déjà là. « Depuis la reprise, la mondialisation y est de mise, le check-in se fait en ligne, le QR code est utilisé pour consulter les menus ou autres informations, le paiement en mode Contactless. La COVID-19 nous a permis de remettre en cause notre fonctionnement. Conscients de notre impact sur l’environnement, nous adoptons une stratégie de développement durable. »

Pour ceux et celles qui nourrissent cette passion de devenir instagrammer, Catherine les conseille d’ouvrir un compte et de choisir leur domaine qui s’articule autour des thèmes comme le mode de vie, voyage, automobile, etc… Il faut d’abord savoir prendre les photos et les vidéos, et à ce sujet, un investissement dans un appareil photo ou un drone peut être envisageable. « C’est aussi avoir l’œil, car ainsi notre contenu sera différent des autres. La créativité et l’innovation sont deux aspects importants, car, si les Posts sont semblables aux autres et n’évoluent pas, notre page devient monotone et sans attrait. Les voyages et les échanges nous ouvrent l’esprit. Ils nous permettent de voir le monde et nous aident à évoluer. Il faut aussi pouvoir s’identifier à ses Followers. Cela n’est pas uniquement une question de ce que j’aime. C’est aussi aborder les sujets qui les intéressent et discuter avec eux. On retrouve de nombreux cours en ligne pour ceux qui souhaitent appronfondir leurs connaissances dans le domaine. Pour en citer un, www.udemy.com. » Pour postuler pour les Influencers Awards 2020, les inscriptions se font sur le site www.influencersawards.mu