En 2019 la malbouffe a été la première cause de mortalité dans le monde.

Manger trop gras, trop sucré, trop d’aliments artificiels, entre autres, peut avoir des conséquences fatales sur la santé. En marge de la Journée Mondiale de la Malbouffe, observée chaque année le 21 juillet, la diététicienne Teenusha Soobrah, directrice et fondatrice de Nutriwise Mauritius en parle.

La malbouffe peut provoquer différentes complications de santé. Une telle alimentation peut favoriser l’obésité, le diabète, les maladies cardiovasculaires, certains cancers, des dépressions, entre autres. Selon une étude française, 11 millions de personnes seraient mortes des conséquences d’une mauvaise alimentation, et les choses ne s’améliorent pas. Plus grave que le Coronavirus, par exemple, elle a été la principale cause de décès dans le monde en 2019, et cette pandémie liée à de mauvaises mœurs alimentaires continue à progresser sans que l’on en parle vraiment.

Dholl puri, rôtis, burgers, pizzas, sodas, snacks bourrés de colorants, repas prêts cuits, excès d’huile et de graisse, boissons et nourritures sucrées autant de pièges alléchants qui font partie de notre entourage quotidien. Ces aliments en eux-mêmes ne sont pas dangereux, mais c’est une consommation excessive et un manque d’équilibre dans les mélanges qui conduisent à la malbouffe et aux drames qui s’ensuivent. « Notre style de vie, nous laisse souvent peu de temps pour cuisiner », rappelle Teenusha Soobrah. Les repas faciles et rapides prennent ainsi le dessus au détriment de la santé : « Malheureusement, de mauvaises habitudes alimentaires sont ensuite transmises aux enfants. Ce qui augmente le risque de maladie chronique dès le plus jeune âge ».

Impact physique et mental

Teenusha Soobrah rappelle qu’une bonne alimentation n’est pas compliquée à définir. « Mais en tant qu’êtres humains, nous avons tendance à aller à l’extrême. » Le fait d’opter constamment pour des produits commerciaux non nutritifs entraîne une consommation plus élevée de sel supplémentaire avec pour risques la rétention d’eau, la pression artérielle élevée, le risque accru d’AVC ou le colmatage des artères. De même, cela peut entraîner une prise de poids et, par défaut, une inflammation corporelle plus supérieure, ce qui augmente finalement le risque de maladie chronique et de certains cancers.

D’après notre intervenante, il existe des preuves indiquant que notre microbiome intestinal peut avoir un impact important sur notre santé mentale via l’axe intestin-cerveau. Le moins nous prenons soin de nos bonnes bactéries, le plus notre intestin est affecté à travers de mauvais choix alimentaires.

Les habitudes alimentaires néfastes ont tendance à avoir la dent dure. Optez pour un régime drastique n’est pas non plus la solution. « Comme avec tous les régimes à la mode les gens perdront du poids en raison d’un manque de nourriture. Toutefois, sur le long terme ce n’est pas pratique et cela risque de causer plus de dégâts que de bien. »

Une bonne alimentation

Pour arriver à une alimentation équilibrée, la diététicienne explique qu’il ne s’agit pas d’éviter toutes les occasions sociales ou de supprimer tous les mets qu’une personne aime, mais plutôt d’apprendre à mettre en place les bonnes stratégies. Il est important d’avoir un bon équilibre dans son assiette et d’éviter des éléments que l’on sait néfastes. Les fruits et légumes sont importants. Pour les gens occupés, pré-hachez vos légumes ou utilisez des légumes surgelés comme alternative facile. De même, stockez en vrac pendant 2-3 jours, par exemple pour faire un lot de légumineuses qui pourrait facilement être utilisé comme un repas de soupe, dans une salade ou le menu traditionnel de légumineuses.

Journée Mondiale

En marge de la journée Mondiale de la malbouffe, la diététicienne explique que pour combattre la malbouffe il faut entamer les modifications au fur et à mesure. Il n’est pas nécessaire que ce soit l’attitude « tout ou rien » qui prévaut. Il peut s’agir de simples échanges que vous effectuez en cours de route, tels que :

– Prendre les escaliers si possible

– Se concentrer sur la consommation de plus d’eau et moins de boissons gazeuses jusqu’à ce que vous puissiez vous sevrer complètement.

– Ajouter des légumes à votre sandwich ou à vos repas.

– Essayer d’utiliser une huile en aérosol ou inclure un menu à la vapeur/grillé une fois par semaine.

– Essayer d’avoir un repas à la maison par semaine pour le déjeuner et augmenter lentement.