Photo illustration

Les élèves dont les examens ont été annulés en Angleterre en raison de la pandémie due au coronavirus ne seront évalués que par les enseignants, sans recours à un algorithme, a annoncé jeudi le gouvernement britannique, soucieux de ne pas reproduire le fiasco de l’été dernier.

Malgré leurs réticences, les autorités ont fermé les écoles début janvier dans le cadre du confinement et elles ne doivent rouvrir qu’à partir du 8 mars dans la nation britannique.

« Cette année, les élèves recevront des notes fixées par leurs enseignants avec des évaluations couvrant ce qu’ils ont appris et non ce qu’ils ont raté », a déclaré le ministre de l’Education, Gavin Williamson au Parlement. « Aucun algorithme ne sera utilisé pour ce processus », a ajouté le ministre, promettant un traitement « équitable » des élèves.

Les enseignants se baseront sur les évaluations réalisées en classe, les devoirs, ou encore les examens blancs pour déterminer leurs notes et « recevront des conseils pour le faire de la manière la plus juste et cohérente ».

La pandémie de nouveau coronavirus a bousculé la scolarité de millions d’élèves dans le monde et soulevé le problème de leur notation, qui relève souvent du casse-tête.

En Angleterre des voix se sont élevées contre ce nouveau système accusé de provoquer une possible « inflation des notes ».

L’été dernier, l’évaluation des A-levels (l’équivalent du bac), dont les lycéens avaient été dispensés en raison de la pandémie, avait reposé sur l’évaluation des enseignants mais leurs notes avaient ensuite été corrigées par un organisme indépendant (Ofqual) sur des critères statistiques, notamment la performance passée des écoles.

Résultat: près de 40% des notes des professeurs avaient été abaissées, notamment dans les quartiers plus défavorisés, remettant en question l’accès de nombre d’entre eux à l’université.

Devant la fronde, le gouvernement avait finalement fait volte-face, s’en remettant à l’évaluation des enseignants.

Pour combler les retards d’apprentissage redoutés en raison de la fermeture des classes, le gouvernement a promis 302 millions de livres (350 millions d’euros) supplémentaires pour financer des cours de rattrapage l’été prochain et un programme de tutorat.