Manchester City's English defender John Stones (C) reacts during the English League Cup semi final first leg football match between Manchester United and Manchester City at Old Trafford in Manchester, north west England, on January 6, 2021. (Photo by Shaun Botterill / POOL / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE. No use with unauthorized audio, video, data, fixture lists, club/league logos or 'live' services. Online in-match use limited to 120 images. An additional 40 images may be used in extra time. No video emulation. Social media in-match use limited to 120 images. An additional 40 images may be used in extra time. No use in betting publications, games or single club/league/player publications. /

Manchester City a réalisé une deuxième performance de haut vol en trois jours, mercredi soir en s’imposant en demi-finale de la Coupe de la Ligue, sur le terrain de son voisin Manchester United (2-0).

Après s’être relancé dans la course au titre en Premier League, dimanche à Chelsea (3-1), les Citizens ont aisément validé leur ticket pour la finale de la Coupe de la Ligue, prévue le 25 avril à Wembley.

Ils auront la possibilité de remporter leur quatrième Coupe de la Ligue consécutive et un huitième titre dans la compétition. Une performance que seul le Liverpool du début des années 80 a réalisé.

« Je sais que la Coupe de la Ligue n’est pas la Ligue des champions, mais quatre finales d’affilée, c’est fantastique. Je suis tellement impressionné par la qualité de notre équipe », s’est félicité l’entraîneur des Citizens, Pep Guardiola.

Leur adversaire sera le Tottenham de José Mourinho, qui s’est imposé 2-0 mardi soir face à la formation de Championship (D2), Brentford.

Comme à Stamford Bridge dimanche, la supériorité tactique, physique et technique des Citizens a été incontestable, malgré une équipe en partie décimée en raison de plusieurs cas de Covid au sein de l’effectif de Pep Guardiola.

– hommage à Colin Bell –

L’entraîneur espagnol a dédié la victoire de son équipe à Colin Bell, ancien milieu offensif des Citizens, décédé mardi, pour lequel les deux équipes ont fait une minute de silence en guise d’hommage juste avant le début du match.

« Cette victoire est pour lui et pour sa famille. C’est quelqu’un qui a vraiment contribué à construire ce club », a salué Guardiola.

L’entraîneur des Reds Devils, Ole-Gunnar Solskjaer, privé d’Edinson Cavani, suspendu, avait pourtant opté pour un milieu à trois renforcé, avec Pogba, McTominay et Fred, alors qu’une option en 4-2-3-1 avait été envisagée.

Mais cela n’aura pas suffit à empêcher une nouvelle défaite des Red Devils au stade des démi-finales.

« Ce n’est pas psychologique, parfois vous tombez sur des bonnes équipes en demies », a voulu relativiser le technicien. « Nous sommes tombés sur la meilleure équipe d’Angleterre et pour moi, nous n’avons pas été assez forts aujourd’hui ».

A Manchester City, Benjamin Mendy, dont le non-respect des restrictions pendant le réveillon du Nouvel An a fait le tour des tabloïds, avait été laissé sur le banc au profit d’Oleksander Zinchenko.

Pep Guardiola avait également opté pour un plan de jeu offensif à tête tournante, avec de nombreuses permutations entre Sterling, Mahrez et De Bruyne, afin de donner le tournis à l’une des défenses les plus lourdes et les plus perméables d’Angleterre.

– trois buts refusés –

La première période a commencé sur un rythme très élevé, qui est devenu plus heurté au fil du temps. Le ballon n’a quasiment jamais cessé d’aller d’un camp à l’autre et aucune équipe n’a donné le sentiment de prendre le dessus. Sans surprise, la possession de balle a été pour Manchester City, et les contre-attaques dangereuses pour Manchester United.

Fait rare: dès les premières minutes, trois buts ont été refusés pour hors jeu (un pour United et deux pour City), sans intervention de la VAR.

Mais malgré tout, les occasions ont pourtant été rares en première période, en dehors d’une frappe de Bruno Fernandes repoussée par Zack Steffen (9e), et d’une tentative de Kevin de Bruyne sur le poteau (13e). Marcus Rashford aurait aussi pu donner l’avantage à son camp si Ruben Dias ne s’était pas interposé (25e).

Manchester City a finalement ouvert le score au retour des vestiaires, sur un coup franc de Phil Foden, qui a surpris la défense centrale de Manchester United. Celle-ci anticipait plutôt un coup franc de De Bruyne, et le défenseur central John Stones en a profité pour marquer son premier but depuis trois ans (0-1, 50e).

Sonné, Manchester United a beaucoup subi dans les dix minutes suivantes, et tremblé à quatre reprises (Cancelo, Sterling, Foden, Mahrez). Puis n’a cessé de buter sur l’organisation défensive de City, qui avait déjà fait ses preuves trois jours plus tôt à Stamford Bridge. En dehors d’une tête ratée de Harry Maguire (64e), les Red Devils ne se sont procurés aucune occasion franche jusqu’à la fin du match.

Fernandinho a profité d’un mauvais dégagement de la défense adverse pour placer un tir imparable à ras de terre, qui a définitivement mis fin au suspense (2-0, 83e). Mais cela faisait déjà une bonne demi-heure que la victoire tactique de Guardiola sur Solskjaer était évidente.