Photo illustration

La sixième séance de la Court of Investigation instituée pour faire la lumière sur les circonstances du naufrage du MV Wakashio, survenu le 25 juillet 2020 au large de Pointe-D’Esny, a permis d’entendre quatre membres de l’équipage du vraquier, auditionnés par l’ancien juge, Abdurafeek Hamuth, président des travaux, et ses deux assesseurs, les Marine Engineers Jean Mario Geneviève et Johnny Lam Kai Leung. Ces membres d’équipage du vraquier japonais battant pavillon panaméen ont ainsi laissé entendre hier que c’est en réceptionnant des messages sur leurs portables à compter de 17h30 le jour fatidique qu’ils ont su que le navire était proche des côtes mauriciennes.

Le premier membre de l’équipage auditionné était le chef cuisinier du navire, un certain Jose Junior Gonzaga Carulo. Répondant aux questions de Me Rajkumar Baungally, le représentant de l’Attorney General’s Office, ce Philippin a expliqué que c’est après avoir reçu des messages sur son portable vers 17h30 qu’il a su que le navire captait le réseau téléphonique de Maurice. Il a ainsi expliqué qu’il détient deux Sim Cards, comme la plupart des marins à bord du vraquier.

Appelé à la barre des témoins juste après le cuisiner, l’Ordinary Seaman Timothy Genzola a abondé dans le même sens. À une question de l’Assistant Solicitor General, il a soutenu que le captage du réseau de téléphonie s’améliore en se rapprochant des côtes. Ce membre d’équipage a par ailleurs aussi expliqué comment, le lendemain du naufrage, il était parti prêter main-forte à ses collègues dans la salle des machines du vraquier. Expliquant de fait à la Court of Investigation comment, à l’aide d’une pelle, ils avaient tenté de retirer l’huile lourde qui gagnait les eaux. « On a mis l’huile lourde dans des buckets », a-t-il expliqué devant l’ancien juge et ses assesseurs.

Après les réponses fournies par Timothy Genzola, un des Oilers du MV Wakashio, Jason Buta, a affirmé que l’alarme du Tank Overflow Prevention System a été déclenchée entre 19h25 et 20h après le naufrage. Selon lui, le mécanisme du dragage par aspiration avait été endommagé à ce moment-là. Et d’expliquer que le niveau dans le réservoir grimpait, déclenchant ainsi une alerte, un réservoir étant notamment abîmé.

Il a déclaré que le mélange d’eau et de fioul a été pompé vers un Slope Tank. Jason Buta a aussi indiqué que le jour du naufrage, vers 18h, il avait reçu des instructions du chef ingénieur pour réduire la vitesse des hélices du navire, passant ainsi de 72 à 68 tours par minute.