Encore un témoignage qui accable le capitaine du MV Wakashio, Sunil Kumar Nandeshwar. Celui de son de son No 2, le Chief Officer Subodha Janendra Tilakaratna, qui n’a pas lésiné sur les détails durant les travaux de la Court of Investigation qui se sont déroulés au cours de la semaine écoulée.

«Le capitaine n’a pas respecté le plan de voyage initial. Ses décisions constituent la cause principale du naufrage», a fait ressortir le Chief Officer qui a admis avoir menti dans une déposition officielle faite à la police selon laquelle le naufrage serait dû au mauvais temps. «J’ai menti à la demande du capitaine», souligne-t-il. Le capitaine aura l’occasion de donner la réplique à ses détracteurs lors de sa comparution les 16 et 17 février.

Le capitaine n’est pas au bout de ses peines. C’est le moins qu’on puisse dire puisqu’il est confronté à une salve d’allégations depuis le démarrage de cette Court of Investigation qui a été instituée pour faire la lumière sur les circonstances ayant conduit au naufrage du vraquier et établir si les pratiques et procédures habituelles de suivi et de surveillance des navires dans nos eaux territoriales ont été suivies.

Pour mémoire, c’est le Director of Shipping, Avisa Coopen, à qui a été confiée la responsabilité de mener l’enquête préliminaire, qui a été le premier à acculer le capitaine lors de son audition, le 19 janvier dernier, en faisant ressortir qu’«il y a eu non-respect du passage plan qu’aurait dû suivre le navire en Indonésie, à l’île de Rondo et durant les cinq jours qui ont précédé le naufrage du MV Wakashio sur les récifs de Pointe d’Esny. Il y a eu négligence de la part du capitaine du MV Wakashio qui a donné l’ordre, le 20 juillet, d’accoster Maurice afin de capter un signal Wi-Fi».

Lisez l’article au complet dans l’édition du Week-End du 14 février.