Photo illustration

Un Covid-19 Artists Support Plan 2021 offert par le ministère des Arts et du Patrimoine culturel sera mis en place afin d’atténuer les effets du confinement suite à la résurgence de la pandémie et également pour revitaliser le secteur culturel. Une initiative saluée par les artistes, mais qui ont toutefois quelques réserves sur son efficacité.

En effet, en 2020, le Covid-19 Action Plan 2020 a été mis en place. Cela n’avait pas eu le résultat escompté, selon les artistes.

L’objectif principal du nouveau plan de soutien aux artistes est d’offrir une aide financière aux acteurs des secteurs culturels et créatifs qui subissent des pertes de revenus, tout en les incitant à développer leurs talents artistiques et à créer de nouvelles productions artistiques.

Le plan sera mis en œuvre à partir de l’exercice financier en cours et sera valable jusqu’au 30 septembre. Le plan comprend ainsi des projets dans diverses disciplines artistiques, à savoir la musique, le littérature, la peinture, la sculpture, le cinéma, la photographie et d’autres formes d’art.

Jimmy Veerapin, directeur de Culture Events & Production et initiateur du mouvement Artist Lives Matter, trouve intéressant que le gouvernement a fait une proposition en ce sens. Il affirme néanmoins avoir quelques interrogations quant à ce nouveau plan de soutien.

« Cela aidera énormément les artistes qui ne travaillent pas en ce moment et qui ne génèrent pas de revenus. À savoir que certains artistes, danseurs, écrivains, peintres, musiciens, etc, vivent uniquement de leur art. Donc, c’est un gros secteur économique qui est en panne », explique Jimmy Veerapin.

Il est d’avis qu’il est important que le gouvernement développe un mécanisme intelligent pour ce secteur lorsqu’il parle d’aide financier. Pour le directeur de Culture Events & Production, la culture est un pilier économique d’un pays et il espère, à cet effet, que les autorités s’aperçoit que c’est « une grosse perte lorsqu’il n’ouvre pas l’espace aux artistes ».

« Il a parlé de revitaliser le secteur, mais comment ? À travers quel moyen ? Il nous invite à développer notre talent artistique et à créer de nouvelles productions, mais comment ?  », s’interroge ce dernier.

Il lance ainsi un appel au ministre pour une rencontre avec les acteurs du secteur culturel afin de développer son plan de soutien et également mettre en place des structures pour que les artistes puissent travailler.

À travers Artist Lives Matter, il soutient avoir plusieurs propositions qu’il souhaite soumettre au ministère afin de mettre en avant le secteur de l’événementiel.

Par ailleurs, Jimmy Veerapin s’attend aussi à un bilan du Covid-19 Action Plan 2020, où Rs 19 millions avaient été attribuées pour venir en aide aux artistes et relancer le secteur culturel.

De plus, il déplore également le fait qu’aujourd’hui un artiste n’est toujours pas reconnu comme un métier dans la loi.

Le ministre des Arts et de la Culture, Avinash Teeluck, n’a pour l’heure pas souhaité divulguer d’amples informations quant à ce nouveau plan de soutien. Il affirme toutefois que plus de détails seront dévoilés dans son intégralité ce lundi.


Parole aux artistes

Gérard Louis, producteur et musicien :
 « Il n’est jamais trop tard pour venir en aide à quelqu’un.
Ce sera certainement bénéfique pour les artistes à Maurice. De plus, nous nous attendons à ce que le statut des artistes soit revu. Nous souhaitons qu’un artiste soit reconnu comme un métier ».

Arvak Digital – Photographer & Videographer Mauritius :
« C’est une bonne initiative.
 C’est mieux que rien. Durant le confinement, nous, photographe et vidéographe, ne pouvons travailler. Donc, sur le court terme, c’est une bonne chose. Néanmoins, cela aurait été meilleur d’avoir un plan de soutien pour le long terme également pour les artistes. Aujourd’hui, tout est digital. Mais Maurice est en retard. Si nous encadrons mieux nos artistes et passons sur le digital, cela apportera beaucoup plus sur le long terme ».

Jeannot Poisson, musicien :
« L’année dernière aussi, le ministère avait annonc
é des plans de soutien. Mon groupe s’était d’ailleurs enregistré pour les concerts en live streaming indoor avec rémunération. Finalement, cela n’a jamais eu lieu. Il y a également d’autres artistes qui dépendent sur leurs prestations ou exposition qui n’ont pu opérer durant le confinement. Cette fois, ce plan doit être bien structurer et un follow-up. Il y a beaucoup d’artistes qui ne sont pas enregistrés, mais qui toutefois vivent de leur profession que ce soit dans la photographie, peinture, la sculpture ou autres. L’année dernière, plusieurs choses avaient été annoncées mais, au final, pas grand chose n’y a abouti ».