Arnaud Lagesse (photo d'archives)
  • Le secteur hôtelier subit des pertes opérationnelles de Rs 655,9 millions
  • Arnaud Lagesse : « La réouverture est une condition sine qua non sous peine de voir notre économie et donc nos emplois être affectés à très long terme »

Le mastodonte du secteur privé vacille sous les effets de la pandémie de COVID-19, mais ne plie pas. IBL, premier conglomérat du pays demeure en zone de profitabilité malgré le contexte économique extrêmement compliqué et les conséquentes pertes opérationnelles de Rs 655,9 millions de son pôle hôtelier. Et cela même si les profits sont réduits au tiers de la précédente période correspondante.

Pour le trimestre se terminant au 31 mars, IBL essuie des pertes de Rs 188,9 millions (contre des profits de Rs 95,6 millions au trimestre correspondante en 2020). Par contre, pour les neuf mois se terminant au 31 mars, les bénéfices du groupe atteignent Rs 309,3 millions, contre Rs 1 milliard pour la même période l’an dernier. Globalement donc, sur neuf mois, il est vrai que les profits d’IBL chutent lourdement (-70,5%).

« IBL fait preuve de résilience de par la qualité et la diversité de son portefeuille d’activités, la qualité de son management et sa capacité à exécuter sa stratégie malgré les difficultés dues à la crise de la COVID-19, » explique le Group Chief Executive Officer, Arnaud Lagesse. Et de préciser que la crise économique qui perdure « aura coûté plus de Rs 700 millions de profits nets en moins et plus de Rs 3 milliards de chiffre d’affaires perdus. » Pour redresser la situation, il plaide pour la réouverture des frontières : « C’est une condition sine qua non sous peine de voir notre économie et donc nos emplois être affectés à très long terme,» affirme-t-il.

Une analyse la performance d’IBL sur le plan sectoriel indique des résultats différents dépendant des activités. Par exemple, les bénéfices opérationnels (sur neuf mois) sont en hausse dans le pole “Building & Engineering”, passant de Rs 170 millions à Rs 387,9 millions. Les résultats de Manser Saxon et UBP (United Basalt Products) étaient en hausse jusqu’en février dernier avant le deuxième confinement. La “core business activity” de UBP réalise une bonne performance, grâce à plusieurs projets d’infrastructure en cours. Le pôle “Commercial & Distribution” se présente avec des résultats opérationnels en progression de Rs 799,4 millions à Rs 986,5 millions.

Winner’s améliore sa profitabilité et ce, malgré un changement dans les “consumer buying patterns” vers des “lower margin commodities” ». Il en est de même pour les services financiers et le pôle “Life & Technologies”.

En revanche, d’autres secteurs d’activité réalisent une performance inférieure à celle de 2020, notamment le pole “Hospitality & Servces” qui affiche des pertes opérationnelles de Rs 655,9 millions, contre des profits de Rs 772,2 millions l’année précédente.  « Our hospitality revenue is the most affected and decreased by Rs 3.2 billion leading to a drop of Rs 1.4 billion in operating profit », souligne la direction du groupe. À noter que Lux Grand-Baie devrait ouvrir ses portes en novembre prochain.

Le groupe dans son ensemble a vu ses profits opérationnels chuter de 66% pour tomber à Rs 597 millions, contre Rs 1,8 milliard l’année dernière. Et la direction explique que « excluding the businesses highly impacted by COVID-19, operational performance for our portfolio showed better results than last year, attributable to tighter control and management and a focus on execution of strategy. »

Pour les prochains mois, tout dépendra du déroulement de la campagne de vaccination dans le pays, estime IBL. La vaccination est considérée comme « critical » par IBL pour la réouverture des frontières « so that our tourism and property industries can restart ».