PHOTO ILLUSTATION

Droit Humains Océan Indien (DIS MOI) a adressé une lettre au ministère de la Santé afin de mettre en garde contre la pulvérisation de désinfectants. Car l’effet toxique de la pulvérisation de produits chimiques – tels que le chlore – sur les individus peut entraîner des complications de santé, souligne l’association.

C’est en ce sens que DIS MOI demande au ministère de ne pas approuver la demande de pulvérisation de désinfectants dans l’île.

En s’appuyant sur les recommandations de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), l’association soutient que cette pratique sera nocive pour la santé des Mauriciens et n’est pas recommandée pour éliminer ou inactiver le SARS-COV-2.

« Dans les espaces intérieurs, l’application systématique de désinfectants par pulvérisation ou brumisation/fumigation n’est pas recommandée. La pulvérisation de désinfectants sur les surfaces, tant dans les établissements de santé ou encore les foyers des patients, ne sera pas efficace et peut être nocive pour les personnes« , peut-on lire dans la lettre.

L’association attire également l’attention sur les effets toxiques de la pulvérisation de produits chimiques sur les individus qui peuvent entraîner une irritation des yeux et de la peau, un bronchospasme dû à l’inhalation et des effets gastro-intestinaux tels que des nausées et des vomissements.