AFP

La Chine a décidé de bloquer l’arrivée des voyageurs étrangers en provenance du Royaume-Uni, de Belgique et des Philippines pour cause d’épidémie, et de renforcer les conditions d’accès à son territoire pour plusieurs autres pays.

Le géant asiatique, où le nouveau coronavirus a fait son apparition l’an dernier, a largement endigué l’épidémie sur son territoire.

Le pays a pratiquement fermé ses frontières fin mars et réduit considérablement ses vols internationaux, avant d’entrouvrir prudemment ses portes ces derniers mois.

Mais selon un communiqué publié sur le site de l’ambassade de Chine à Londres en date de mercredi, le gouvernement annonce avoir « décidé de suspendre temporairement l’entrée des ressortissants non-chinois présents au Royaume-Uni », même si ces derniers sont porteurs de visas ou de permis de séjour en Chine.

« Cette suspension est une mesure temporaire nécessitée par la situation actuelle du Covid-19 », précise le communiqué.

Des annonces similaires figurent sur les sites des ambassades de Chine en Belgique et aux Philippines.

Le ministère chinois des Affaires étrangères a défendu des mesures « raisonnables et justes » jeudi lors d’un point de presse, sans préciser la liste des pays qui pourraient faire l’objet de décisions similaires de la part de Pékin.

« La Chine s’inspire des pratiques en vigueur dans de nombreux pays et ajuste les conditions d’entrée en Chine des personnes concernées en fonction de l’évolution des conditions épidémiologiques », a déclaré le porte-parole du ministère, Wang Wenbin.

Le Royaume-Uni est l’un des pays les plus touchés par le coronavirus, avec plus d’un million de contaminations, dont près de 48.000 décès.

Le Premier ministre Boris Johnson a annoncé un nouveau confinement de la population, qui doit entrer en vigueur jeudi.

La Belgique a quant à elle l’un des taux de contamination les plus élevés du monde rapporté au nombre d’habitants. Un confinement y a de nouveau été imposé la semaine dernière.

Aux Philippines, des régions entières ont été reconfinées le mois dernier.

Outre ces trois pays, plusieurs ambassades de Chine dans des Etats tels que la France, les Etats-Unis, l’Allemagne, l’Inde, le Pakistan, l’Afrique du Sud, Singapour et le Canada ont annoncé un renforcement des mesures d’accès au territoire chinois.

Les voyageurs, chinois ou étrangers, en provenance de ces pays doivent désormais produire deux tests de dépistage (sérologique et PCR) effectués dans les deux jours précédant leur embarquement.

Dans de nombreux pays, obtenir les résultats des tests dans un délai de 48 heures pourrait s’avérer problématique.

A Pékin, la Chambre de commerce de l’UE en Chine a estimé que cette mesure revenait à « interdire à quiconque de rentrer en Chine pour retrouver son travail ou sa famille ».