La Federation of Hotels Taxis Association (FHTA) se trouve dans la tourmente. Le montant de Rs 5 100 alloué par le gouvernement se révèle “insuffisant” pour les chauffeurs de taxis d’hôtelsLeur gagne-pain ayant été affecté par le manque de touristes, dû à la pandémie, ils se trouvent « dans une situation sans précédent ».

Yashpal Murrakhun, président de la FHTA, explique que les chauffeurs de taxis, tout comme n’importe quel citoyen, ont des dépenses diverses à respecter, dont les utilities bills, les household loan ou encore l’assurance de leur véhicule. Toutefois, le montant alloué par le gouvernement ne suffit pas à couvrir tous ces frais.

« Nous avions eu une réunion avec un représentant du PMO afin d’expliquer que les Rs 5 100 allouées ne suffisent pas. Nous avons logé une demande pour une augmentation. Mais jusqu’à présent, nous n’avons eu aucun retour du gouvernement à ce sujet », a soutenu Yashpal Murrakhun.

En sus de cela, le président de la FHTA a indiqué que les leasing privés mettent la pression pour saisir les véhicules des taxismen ne pouvant honorer leur prêt.

Atma Shanto, porte parole de la FHTA, s’est demandé, pour sa part, comment le gouvernement a pensé remettre un tel montant alors que le salaire minimum est de Rs 10 200. « Le gouvernement a ignoré les taximens. Quelle réflexion a-t-il pour ne pas remédier à la situation jusqu’à présent ?», interroge le syndicaliste.

Il a expliqué que la FHTA entame une campagne de mobilisation et discutera d’actions pour réveiller le gouvernement. « Ce n’est pas normal que certaines personnes vivent avec seulement Rs 5 100 », a déclaré Atman Shanto.

À savoir que plus d’un millier de chauffeurs de taxis d’hôtels seraient affectés par cette sitation.