Le porte-parole du National Communication Commitee (NCC), Zouberr Joomaye, a annoncé, ce samedi, que les quelque 100 000 doses restantes d’AstraZeneca seront réservées pour ceux s’étant déjà fait administrer ce vaccin une première fois.

A cet effet, à partir de ce dimanche 21 mars, c’est le vaccin indien Covaxin qui sera dispensé dans les centres de vaccination. Et ce, après que le Covaxin, pas encore homologué par l’Organisation mondiale de la Santé, ait obtenu une autorisation d’usage urgent du National Vaccination Committee à Maurice, a souligné Zouberr Joomaye.

Selon ce dernier, parmi le stock de 200 000 doses d’AstraZeneca reçues en début d’année, 100 000 ont déjà été utilisées. En effet, à ce vendredi, 92 524 personnes ont été vaccinées, dont 1 952 à travers les cliniques privées.

L’OMS, a-t-il ajouté, n’a toujours pas avalisé les vaccins chinois et le vaccin russe, Sputnik. Toutefois, dû au contexte urgent de la situation, certains de ces vaccins ont déjà été avalisés « dans plusieurs pays », a-t-il soutenu.

« Avec la guerre commerciale, nous avons dû avaliser le vaccin Covaxin », a justifié Zouberr Joomaye.

Par ailleurs, le ministère de la Santé attend une livraison d’environ 250 000 doses de vaccins auprès de l’OMS à travers le programme Covax, qui prévoit de fournir des vaccins à hauteur de 20% de la population.

Néanmoins, le porte-parole du NCC a indiqué que des laboratoires à travers le monde privilégient la distribution dans les pays de l’hémisphère Nord, dont les Etats-Unis.

« Il y a une énorme compétition pour obtenir le vaccin. Nous devons donc nous tourner vers des laboratoires disposés à nous en fournir », a-t-il expliqué.