Lors d’une déclaration à la télévision nationale dans la soirée du jeudi 7 octobre, le Premier ministre Pravind Jugnauth a fait le point sur la situation à Maurice face à la COVID-19, où il a aussi encouragé la population à se faire vacciner.

Le Premier ministre explique qu’au niveau du gouvernement, ils sont pleinement satisfaits de la gestion de la pandémie, soulignant que la vaccination a grandement aidé dans la stratégie. Il a rappelé qu’il n’a pas été facile d’obtenir des vaccins, mais « pa finn ena okenn interuption depi ki nou’nn komans nou kampayn vaksinasyon ».

Il a ainsi remercié l’Inde, la Chine, le Covax Facility et le États Unis pour les dons de vaccins, tout en rappelant que le gouvernement « finn aste bokou vaccin ». Dans le même élan, après avoir fait état du nombre de personnes vacciné à Maurice le Premier ministre a lancé un appel à la vaccination à ceux qui ne le l’ont pas encore fait « pour se protéger davantage » et encourage à se faire administrer une troisième dose « comme recommandée par les médecins et les chercheurs de la COVID-19 ».

Pravind Jugnauth indique que « nous pourrons voir plus clair sur l’arrivée de la cargaison du vaccin Pfizer vers la fin de ce mois » qui permet de vacciner les moins de 18 ans.

Le Premier ministre se réjouit du fait qu’aujourd ‘hui, « dimounn kapav al lor zot lieu de travail plus facilement, pratik zot sport, ouver restaurant (…) », tout en précisant qu’il était prévisible que l’augmentation de contact allait augmenter le nombre de cas positif dans l’île. Néanmoins, il a tenu à préciser que « seki rassuran, marjorité se bann ka asymptomatik ».

Il a aussi tenu à préciser que « 85% de patients positifs décédés n’étaient pas complètement vaccinés », avant de relancer avec un « vinn fer zot vaksine ».

Le chef du Gouvernement a aussi parlé des fonds déboursés pour « soutenir directement et indirectement l’entreprise et la population », citant le wage assistance scheme et le self employed assistance scheme, ainsi que les subventions sur «sertin nombre de bann produit de base ki konsome frekamen ».

Il défend aussi son gouvernement en expliquant que la crise « finn antrav nou laksyon ki nou ti initie depi ki nou ti form enn nouvo gouvernaman », avant d’ajouter qu’il est malheureux « ki nou pa kapav fer otan ki nou ti swete, car tou sekter fin afekte ».