Photo illustration

Il est difficile de lire les expressions faciales et le langage corporel de quelqu’un quand on ne voit que ses yeux… C’est pourquoi apprendre à lire le « langage des yeux » peut aider. Surtout en cette période, où nous portons presque tous un masque.

L’un des meilleurs moyens de ralentir la propagation de la COVID-19 est de porter un masque de protection. Plusieurs villes à travers le monde ont rendu le port du masque obligatoire dans les lieux publics, lorsque la distanciation sociale ne peut être maintenue. Cela comprend souvent les épiceries, les pharmacies, les écoles, les lieux de travail et les lieux de culte. Alors vient un nouveau défi : comment lire les expressions faciales ?

Le port du masque présente depuis longtemps de nombreux défis pour les médecins lorsqu’ils communiquent avec les patients. En effet, une partie importante de la communication interpersonnelle passe par des indices visuels, du langage corporel à la façon dont vous déplacez les muscles de votre visage, y compris vos lèvres, vos narines et vos joues. Ces zones sont actuellement masquées, ce qui rend plus difficile la lecture des expressions faciales d’une personne.

Comment le port du masque affecte les malentendants

Pour les malentendants, la lecture sur les lèvres peut être cruciale pour la communication. C’est pourquoi certains experts ont travaillé à la mise au point de masques faciaux avec un panneau clair pour permettre la lecture labiale.
Dans une recherche publiée dans Audiology Today, Samuel Atcherson, professeur d’audiologie et d’orthophonie, a découvert que les masques et les visières transparents produisent des sons plus étouffés que les autres masques. Par exemple, un masque chirurgical peut étouffer le son de cinq décibels, tandis qu’un masque transparent peut feutrer le son de 12 à 13,3 décibels. Quant à lui, un masque fait maison en tissu transparent peut étouffer le son de 21,1 décibels.

Les yeux ne mentent pas

Communiquer par les yeux est cependant tout à fait réalisable, selon Patti Wood, experte en langage corporel et en communication non verbale. « Nos yeux ont évolué pour répondre systématiquement à ce que nous voyons et percevons », dit Patti Wood. Par exemple, lorsque vous voyez quelque chose qui vous effraie ou vous menace, vos yeux s’élargissent naturellement pour accroître votre champ de vision et augmenter la quantité de lumière à absorber. À l’inverse, vos yeux se rétrécissent lorsque vous vous concentrez sur quelque chose qui vous déplaît.
Patti Wood considère les yeux comme des fenêtres sur l’état émotionnel, car ces multiples réponses faciales involontaires aux émotions sont difficiles, voire impossibles, à simuler. C’est aussi la raison pour laquelle Wood pense que communiquer via le « langage des yeux » est déjà une seconde nature pour les humains. Avec le temps, vous vous fierez probablement davantage au « langage visuel » qu’au langage labial.

Lentilles de contact

Maintenir un contact visuel est plus important que jamais, dit Wood. « Les recherches montrent qu’un contact visuel soutenu augmente les sentiments de compréhension et d’empathie, à la fois les sentiments que vous ressentez envers les autres et les sentiments que vous faites ressentir par votre regard », dit-elle.
Ce qui n’est peut-être pas surprenant, note Wood, c’est que les personnes ayant une plus grande estime de soi ont tendance à être meilleures pour maintenir un contact visuel prolongé. Cela dit, en pratiquant votre contact visuel lorsque vous communiquez avec quelqu’un, vous augmentez inconsciemment votre connexion et votre capacité à ressentir de l’empathie pour lui.

Ces yeux menteurs

Avez-vous déjà essayé d’avoir une conversation significative avec quelqu’un qui ferme les yeux lorsqu’il parle ? Cela peut être déconcertant. Comme l’explique Wood, fermer les yeux est un signe que la personne ment. Physiologiquement, lorsque vous mentez, vous avez du mal à regarder l’autre personne dans les yeux. Parfois, les yeux regardent vers le bas, ce qui pourrait signifier d’autres choses. Plus souvent qu’autrement, vos yeux se ferment ou clignotent très lentement.

Ce regard vers le bas

Regarder vers le bas peut signifier plusieurs choses différentes, selon Wood. Cela peut signifier que quelqu’un ment, mais indique également que quelqu’un éprouve une émotion profonde, particulièrement si la personne regarde vers le bas dans la direction de son côté dominant. Le regard vers le bas peut également indiquer la déception, ainsi que la soumission, l’intimidation et la honte.
Donc, ce regard vers le bas vous dit certainement quelque chose. À vous de déceler ce « quelque chose » grâce aux autres indices, dont les mots réels utilisés par la personne.

Heureux contre triste

Les yeux heureux ont une apparence distinctive. Un vrai sourire peut être vu dans les extrémités des yeux : de subtiles lignes d’expression apparaissent à la suite de la traction des joues vers le haut. À l’inverse, la tristesse affaisse les yeux.

Surprise

Vous n’avez pas besoin de voir la bouche d’une autre personne grande ouverte pour savoir qu’elle est surprise, dit Wood. «Vous n’avez vraiment besoin de rien d’autre que de l’expression de ses yeux, qui s’écarquillent, et de celle de ses sourcils, qui se soulèvent. »

Colère

Vous ne verrez pas les narines de quelqu’un s’évaser ou ses lèvres s’aplatir lorsqu’il porte un masque correctement, mais vous verrez ses muscles oculaires se tendre et ses sourcils se dessiner vers le bas. De plus, ses yeux eux-mêmes peuvent fixer durement la source de la colère, les pupilles immobiles.