Il ne faudrait pas se leurrer. Bien que Maurice profite d’une situation de Covid Free la tempête apportée par cette pandémie est toujours d’actualité. Pour cause, le virus circule toujours dans le monde et sa mutation constante suscite des inquiétudes. L’arrivée des vaccins n’apporte qu’une réponse partielle à la problématique. L’observation des gestes barrières et des mesures de précaution reste primordiale. Ci-dessous un bref rappel de la situation.

Le virus continue sa progression

Alors que le flou persiste sur l’évolution des choses dans bien des domaines en raison de la pandémie du coronavirus, la seule certitude que nous avons est que le virus poursuit sa progression. À ce jour, on dénombre plus de 87 millions de cas de coronavirus à travers le monde et 1,8 million de décès. De nombreux pays connaissent une nouvelle flambée de l’épidémie depuis quelques semaines. L’Angleterre s’est reconfiné et a fermé ses écoles jusqu’à mars tout au moins, Tokyo envisage d’entrer en état d’urgence alors que a Corée du Sud et l’Italie prolongent leurs restrictions. L’Espagne connait une résurgence du virus et l’Allemagne prolonge son confinement jusqu’à fin janvier.

Apparition de nouvelles souches

Alors que les campagnes de vaccination ont débuté dans certains pays, la Covid-19 a elle connue une mutation. De nouvelles souches ont été observées en Afrique du Sud et au Royaume Uni notamment. Début janvier, la Turquie est devenue le 33e pays à signaler des cas de contaminations à la souche mutante du SARS-CoV-2 détecté en décembre dernier en Grande-Bretagne. Les autorités turques ont en effet détecté 15 patients infectés par cette nouvelle variante. Placés à l’isolement, ils sont tous des touristes britanniques arrivés récemment en Turquie. En réponse, le pays a décidé de suspendre les vols en provenance de Grande-Bretagne, à l’instar d’une quarantaine d’autres pays à travers le monde.

Mais le virus semble se jouer des frontières, et est déjà présent dans 33 pays aux quatre coins du globe. Aux États-Unis, par exemple, la nouvelle souche, baptisée B.1.1.7, a été signalée dans trois États : la Floride, le Colorado et la Californie. Aucun des patients n’avait récemment voyagé en Grande-Bretagne, ce qui signifierait, selon les experts, que la variante circule déjà activement sur le sol américain, à des niveaux inconnus. Seule certitude à ce stade : la variante de Covid-19 est plus contagieuse que l’original, et circule donc plus rapidement.

En Grande-Bretagne, où elle a été identifiée pour la première fois, la mutation est devenue la forme prédominante du coronavirus en seulement trois mois, accélérant la hausse du nombre de contaminations et remplissant ses hôpitaux.

Par ailleurs, selon les résultats préliminaires, le variant originaire d’Afrique du Sud serait plus contagieux, sans qu’on sache encore dans quelle mesure, ou pourquoi. De même, sans être plus mortel, il pourrait faire grimper le bilan de décès et d’hospitalisations.

De nouveaux cas importés enregistrés début janvier à Maurice

Maurice maîtrise pour l’heure la pandémie avec zéro cas recensé dans le public. Les nouveaux cas positifs enregistrés le 4 janvier sont tous importés et en quarantaine. Notons qu’à ce jour, 531 cas de coronavirus sont recensés dans le pays alors que 10 décès ont été recensés. Le nombre de cas actifs est de 8, et 886 personnes sont actuellement en quarantaine.

La région également touchée

Par contre, les pays voisins connaissent eux des fortunes diverses.

À la Réunion, 55 nouveaux cas ont été confirmés entre le 5 et le 6 janvier. Le total de cas est ainsi passé à 9173 depuis l’apparition du premier cas le 11 mars 2020. La Réunion est actuellement en alerte rouge.

Aux Comores, 131 cas positifs ont été recensés du 3 au 5 janvier, amenant le total de cas à 995 dans l’archipel. Aucun ces nouveau décès n’a cependant été annoncé.

De la même manière, les Seychelles ont connu une reprise de l’épidémie avec l’apparition de 83 nouveaux cas portant le total de cas enregistrés à 322 depuis mars. Un décès a d’ailleurs été recensé en fin d’année dernière. Les mesures de restrictions ont été renforcées, le rassemblements interdits et le télé-travail a été vivement encouragé dans l’archipel. Se profile une campagne de vaccination pour tenter d’endiguer l’épidémie.

La deuxième vague affecte également Mayotte qui a atteint la barre de 6000 cas confirmés. Fin décembre, un nouveau décès dû au virus a été annoncé portant le nombre de morts à 56.

1 millions de cas positifs en Afrique du sud.

Sur le continent africain, l’Afrique du Sud en particulier, a connu une reprise de la pandémie accentuée par la découverte de cette nouvelle souche. Le pays est devenu le premier état africain à dépasser le million de contaminations à la Covid-19 avec une moyenne de 11 700 nouvelles contaminations quotidiennement. L’Afrique du sud compte, à ce jour, plus de 26 000 décès dus au coronavirus.

Vaccins sources d’espoir

En fin d’année dernière, environ 18 mois après l’apparition du virus, les premiers vaccins étaient annoncés. Un développement record en terme de rapidité. À titre comparatif, il avait fallu 4 ans pour mettre au point le vaccin contre les oreillons, qui détenait le record. Selon le dernier bilan de l’Organisation mondiale de la Santé présenté le 29 décembre, 172 vaccins seraient au stade d’évaluation préclinique et 60 candidats-vaccins seraient en phase d’essais cliniques sur l’homme. Pour rappel, le seuil d’efficacité minimal fixé par l’OMS est de 50 %. Certains vaccins sont déjà disponibles, ou devraient l’être dans les semaines à venir. De bon augure pour tenter de contrer la progression du virus. Le premier trimestre de 2021 devrait être déterminante.

À noter qu’il est préconçu qu’il faut atteindre un seuil de 60 à 70 % de personnes vaccinées pour envisager un retour à une vie normale. À ce sujet, le débat fait toujours rage dans le milieu scientifique. D’une part, il est admis que le vaccin pourrait éradiquer le virus alors qu’une autre hypothèse présage que le virus deviendrait endémique, au même titre que le rhume et que nous devrions ainsi vivre avec.

Les vaccins déjà en phase de tests

Le vaccin Pfizer-BioNTech

À ce jour, plusieurs vaccins sont déjà en phase de tests sur l’homme à l’instar du vaccin Comirnaty mis au point par les laboratoires Pfizer-BioNTech qui avaient chiffré son efficacité à 95 %. Il a été autorisé le 21 décembre 2020 par l’Agence européenne des médicaments (AEM) et la Commission européenne. À noter que Deux injections sont nécessaires pour garantir son efficacité alors que le sérum doit être conservé à -80 °C.

Le vaccin Moderna

Le vaccin du laboratoire Moderna assurait elle une efficacité de 945.5 %. Il a été autorisé à être utilisé sur le sol américain depuis le 18 décembre. Ce vaccin s’administre en deux doses et sa formule est moins complexe à conserver, il nécessite d’être gardé à -20°C. Entre 500 millions et un milliard de doses devraient être produits en 2021.

Le vaccin AstraZeneca/Oxford

Le vaccin AZD1222, mis au point par par le laboratoire AstraZeneca en collaboration avec l’université d’Oxford, a bénéficié du feu vert de l’agence britannique du médicament depuis le 30 décembre. Les résultats des essais cliniques de phase III ont été publiés le 8 décembre dans la revue scientifique The Lancet. Ils confirment une efficacité moyenne de 70,4% et ne relèverait aucun effet indésirable grave ou décès chez les receveurs du vaccin.

Le vaccin de Sanofi et de GSK

Les laboratoires Sanofi et GSK ont eux développé un vaccin à base de protéine recombinante, supposée conférer une immunité plus forte et plus durable contre les infections. Les premiers résultats n’ont cependant pas été probants conduisant les laboratoires à informer que leur vaccin ne serait prêt que fin 2021.

Le vaccin de Sinopharm

Le 30 décembre dernier, le groupe chinois Sinopharm annoncait que l’un de ses vaccins contre la Covid-19 était efficace à 79,43 %. Il s’agit du premier pharmacien chinois à communiquer des données concernant l’efficacité d’un vaccin en préparation, mis au point à Pékin par le laboratoire CNBG. Cinq vaccins chinois sont actuellement en cours d’essais cliniques de phase 3. Le candidat-vaccin CoronaVac du laboratoire Sinovac Biotech est le plus avancé. À noter qu’en juin 2020, la Chine administrait déjà le vaccin de la société CanSinoBIO à de nombreux militaires. Depuis, de nombreuses villes ont mis à disposition la vaccin du laboratoire Sinovac Biotech dans le cadre de campagnes de vaccinations d’urgence, notamment pour les personnels soignants ou les personnes voyageant à l’étranger pour le travail.

Le vaccin Spoutnik V

Quant à Spoutnik V, le controversé vaccin russe développé par le National Research Center for Epidemiology and Microbiology du ministère de la Santé russe, il a commencé à être distribué à Moscou, dès le 5 décembre 2020. Il est administré en deux injections et serait efficace à 92%.