(Photo by Tolga AKMEN / AFP)

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a annoncé mardi une étape majeure du déconfinement en Angleterre le 4 juillet avec la réouverture des pubs, restaurants, hôtels, musées et coiffeurs, faisant entrevoir un semblant de retour à la normalité cet été.

Le Royaume-Uni est le pays le plus touché en Europe par la pandémie, avec 42.647 décès de personnes testées positives au Covid-19.

Les quatres nations du Royaume-Uni (Ecosse, Pays de Galles, Angleterre et Irlande du Nord) sont soumises au confinement depuis fin mars mais chacun suit sa propre feuille de route en matière d’assouplissement des restrictions.

Pour permettre le redémarrage des secteurs de l’hôtellerie-restauration et du tourisme en Angleterre pour la période estivale, le chef du gouvernement, qui s’exprimait devant les députés, a précisé que la distance recommandée entre deux personnes serait réduite à un mètre contre deux actuellement, une question controversée qui faisait débat depuis des semaines.

« Nous ne pouvons pas lever toutes les restrictions en même temps, nous devons donc prendre des décisions difficiles », a déclaré le Premier ministre, disant compter sur le « bon sens » des Britanniques.

Parmi les commerces qui vont pouvoir rouvrir figurent les coiffeurs et les pubs.

« Une coupe de cheveux est attendue avec presque autant d’impatience qu’une pinte, en particulier par moi », a déclaré le dirigeant conservateur, connu pour sa tignasse blonde.

A partir du 4 juillet, les membres de deux foyers différents pourront se rencontrer à l’intérieur. Ils ne peuvent à présent le faire que dans des parcs ou jardins privés.

Les musées, galeries, aires de jeux, bibliothèques et centres communautaires vont rouvrir en juillet. En revanche, les boîtes de nuit, salles de sport, piscines et spas restent fermés ainsi que les salles de spectacle.

« Nous travaillerons avec l’industrie des arts sur des recommandations spécifiques pour permettre aux chorales, orchestres et théâtres de reprendre les spectacles dès que possible », a ajouté M. Johnson.

Soulignant que « le virus n’a pas disparu », il a appelé ses compatriotes à « rester vigilants ».