Alors que le pays est toujours sous le coup d’un Lockdown, et ce, jusqu’au 30 avril, la capitale a repris ses allures normales, presque tous les acteurs économiques et commerciaux ayant en effet repris leurs activités. Port-Louis est redevenue bruyante, notamment au niveau des routes principales, comme avant l’annonce du confinement national.

Vu les mouvements des automobilistes, les ralentissements du trafic routier, les personnes qui marchent dans les rues, cette reprise des commerces et des magasins ne laisse aucunement penser que l’on est encore sous le coup d’un Temporary Restriction of Movement Order. Plusieurs marchands ambulants ou encore ceux opérant au marché central déplorent qu’ils ne puissent pas opérer, alors que « tou zafer inn fini repran normal ».

À voir le nombre de véhicules qui sont en circulation dans la capitale, l’on se croirait en situation normale et que le confinement national ne serait plus en vigueur. De longues files d’attente sont de mise devant les guichets des services publics aussi bien que devant les banques commerciales. La plupart des magasins de la capitale, notamment rues Desforges, La Corderie ou encore Royale, ont déjà relancé leurs activités. La circulation est au ralenti, surtout à Plaine-Verte en direction de la municipalité, provoquée par le nombre d’automobilistes qui empruntent ces routes.

« Get sa kantite transpor lor sime la. Konfinman nepli ena dan Porlwi. Tou dimounn pe sirkile lib. Pena verifikasion lapolisn pena nanyin », laisse entendre un chauffeur de taxi. De nombreuses personnes s’empressent vers les succursales des deux banques se trouvant au Square Khadafi. « Roulman finn repran. Bokou dimoun inn repran zot bann zafer ki pa ti pe kapav fer pandan konfinman », dira un quinquagénaire qui a dû mettre en veilleuse certaines procédures bancaires en raison du confinement. Le rond-point de Plaine-Verte est plein de mouvements, avec notamment des magasins qui ont repris leurs affaires du côté de la rue Pagoda en marge de la fête Eid qui sera célébrée dans trois semaines.
« Mouvman la pe repran kouma ou pe trouve lor sime. Me dimounn la tike pou aste.

Dimounn pa pe depans kouma zot abitie », laisse entendre un commerçant, qui a procédé à la réouverture de son magasin. Selon lui, les citadins ont repris leurs activités comme avant le confinement. « Sof ki tou zafer fini boner. Partou tegn lor 17h. Exsepte la ena inpe marsan gato ki pe travay enn ti pe pliss akoz Ramadan », poursuit-il.
Il souligne toutefois qu’à Port-Louis, nombreux sont ceux à ne pas prendre au sérieux le confinement, vu qu’il n’y a pas eu de cas rapportés du côté de la capitale. « Isi plizir dimounn pa pe tro pran kont konfinman. Pa finn ena ka dan Porlwi ek ena enn sertenn relasman lor sime. Ena pa met zot mask bien ou bien pa pe respekte distansiasion sosial », ajoute cet homme d’affaires.

Certains citadins déplorent toutefois que la force policière se montre un peu trop flexible ces jours-cin notamment en ce qui concerne les automobilistes. « Mo dakor ki pa kapav vey tou dimounn. Me inn nepli ena kontrol. Lapolis mem inn aret verifie kisanla gagn drwa lor sime ek pa gagn drwa. Dimounn nepli respekte lord alfabetik. Me ou pa kapav donn bann magazin tor ki pe less klian rantre apre tou sa zour ki pann travay-la », avance un habitant de la capitale. Du côté de la rue Royale, tous les commerces, dont la plupart des quincailleries ou des magasins de pièces, sont ouverts. « Nou pe travay nou. Dimounn pe vinn pran zot bann lartik an gro. Bokou marsandiz konstriksion pe ale », déclare un propriétaire de magasin de cette route principale de Port-Louis.

Alors que d’habitude durant la période de Ramadan, les rues entourant les deux grandes mosquées, soit rue Desforges et rue Royale, sont très bruyantes, les choses sont différentes cette fois avec les deux sites de prières fermés jusqu’à nouvel ordre. Les marchands de nourritures, de “roti” et “dalpuri” et autres, quant à eux, ne se plaignent pas trop, étant donné qu’il y a une affluence de clients dans la capitale.

Pendant ce temps, alors que les magasins et autres commerces fonctionnent, les marchands de rues ou encore ceux du marché central – hormis quelques-uns qui bravent les autorités – sont les seuls inactifs dans la capitale. « Zis pou nou ki ena konfinman-la. Tou dimounn pe travay. Zis ti marsan ek marsan bazar kinn tase », déplore un maraîcher. L’on déplore que les autorités tardent à débloquer la situation.

« Kifer pou bazar pa met enn kontrol. Lapolis va kontrol nonb dimounn rantre ek sorti. Me omwin nou gagn nou lavi. Nou ena fre ek nou peye sa patant travay-la », déclare un autre marchand du marché central. « Omwin nou ti va asir enn ti revenu ek vann nou bann prodwi », poursuit-il. Selon lui, les « ti marsan » sont les plus affectés dans la conjoncture. « Se enn politik de vitess. Lotorite pa pe trouve pe pini nou pou nanyin ? Ou trouv ena konfinman la ou ? Kifer pe anpes nou tras nou lavi ? » se demande-t-il. Il dit toutefois espérer que ce « calvaire » se termine dans pas longtemps, pour au moins pouvoir profiter des ventes juste avant la fête Eid. Port-Louis est visiblement déjà en mode déconfiné à l’exception, entre autres, des compagnies du privé qui restent sous la formule “Work From Home”.