(Photo by JUSTIN TALLIS / AFP)

Angleterre et Pays de Galles disposeront à partir du 24 septembre, après plusieurs mois de retard, d’une application de traçage des cas de coronavirus, a annoncé vendredi le gouvernement britannique, appelant les établissements qu accueillent du public à s’y préparer.

Après avoir cherché à élaborer sa propre application de traçage au niveau national en confiant son développement à la division chargée des nouvelles technologies au sein du service public de santé, le NHS, le Royaume-Uni a fait volte-face mi-juin, abandonnant sa solution centralisée jugée inefficace, au profit du modèle décentralisé favorisé par Google et Apple.

« Nous devons utiliser tous les outils à notre disposition pour contrôler la propagation du virus, y compris les technologies de pointe », a déclaré dans un communiqué le ministre de la Santé Matt Hancock.

Il a salué dans le lancement de l’application le 24 septembre en Angleterre et au Pays de Galles « un moment décisif » qui « nous aidera à contenir le virus à un moment critique », a-t-il poursuivi, au moment où le pays connaît une poussée du nombre de cas à l’approche de l’automne.

Pays le plus durement touché en Europe avec près de 42.000 morts, le Royaume-Uni fait face à une poussée du nombre de cas, principalement chez les jeunes

Afin d’éviter à tout prix un nouveau confinement, le Premier ministre Boris Johnson a annoncé mercredi un resserrement des mesures, avec notamment l’interdiction des rassemblements de six personnes à partir de lundi en Angleterre. Dans l’arsenal des dispositions déployées, pubs et restaurants devront enregistrer les coordonnées de leurs clients pour pouvoir retracer les contacts des personnes infectées grâce à l’application.

A cette fin, le gouvernement a appelé les établissements accueillant du public, des pubs aux salons de coiffure en passant par les restaurants et cinémas, à installer à l’entrée de leurs établissements les QR codes nécessaires au dispositif.

L’Ecosse a quant à elle déployé jeudi son application. Avant elle, seule l’Irlande du Nord disposait, depuis le 31 juillet, de son application de traçage.