La Congress of Independant Trade Unions (CITU) propose une allocation de Rs 10 200 aux chômeurs issus de la pandémie de Covid-19 dans le prochain budget. Le président de la CITU, Deepak Benydin, propose ainsi que les terres abandonnées « soient allouées aux licenciés du déconfinement » pour se consacrer aux cultures vivrières, et ce, dans une démarche d’autosuffisance alimentaire.

Deepak Benydin propose de même que, dans le cadre du budget, une attention particulière soit accordée aux démunis, « qui ont beaucoup souffert de la hausse des prix durant la période de couvre-feu sanitaire ». Il réclame ainsi l’instauration d’un système de contrôle des prix, avant de dire avoir été personnellement témoin d’une scène, dans un quartier défavorisé, « où l’on voyait des gens courir derrière ceux qui distribuaient de la nourriture », ce qui, selon lui, « indique que la misère existe encore dans ce pays ».
Le président de la CITU demande également au gouvernement d’améliorer les conditions de travail du personnel paramédical au niveau de la santé publique et « d’empêcher les cliniques privées de pratiquer des tarifs exorbitants ».

Sur un autre volet, pour assister les taxis durant cette pandémie, Deepak Benydin propose la création d’un Taxi Owners Welfare Fund et l’octroi d’un moratoire pour le remboursement des emprunts auprès de la Mauritius Housing Corporation, de la Mutual Aid, de l’Employees Welfare Fund, de la Banque de développement de Maurice et de la SICOM. Selon lui, le gouvernement « devrait devenir actionnaire dans des compagnies qui bénéficieront du “stimulus package” ».

Par ailleurs, en vue de maintenir l’emploi, il propose aux hauts cadres du privé de réduire leurs revenus de 30% afin qu’un maximum d’emplois soient conservés.