Photo d'illustation
  • En deux jours, les prévisions d’arrivées de touristes passent de 150 000… à 325 000 pour les prochains six mois

Mais que se passe-t-il donc chez Statistics Mauritius ? En deux jours, l’organisme a publié deux différentes estimations de croissance pour l’année en cours. « C’est la débandade ! » lancent des économistes. Les commentaires pleuvent de toutes parts sur cette affaire, susceptible de prendre des dimensions internationales : « Comment peut-on plaisanter avec les chiffres des comptes nationaux ? Y a-t-il eu manipulation quelque part ? Et comment se fait-il qu’il y ait eu deux versions ? C’est du pur amateurisme, et rien d’autre. À moins qu’une main invisible opère dans les locaux de Statistics Mauritius».

Les National Accounts Estimates (NAE), attendus par les opérateurs économiques de tous bords, et censés être publiés le lundi 28 juin, n’ont finalement jamais été publiés sur le site de Statistics Mauritius ce jour-là. En cliquant sur le lien à plusieurs reprises pendant la journée de lundi, on s’est retrouvé devant un « Page not found ». Par contre, ce qui est intéressant, c’est que cette première version des NAE a été soigneusement distribuée à des Happy Few pour des raisons relevant d’une opération Lakaz Mama.

Toutefois, le comble est que cette première version du document officiel annonçait un taux de croissance de 4,4% pour l’année, après la forte décroissance de 14,9% en 2020. Mais deux jours plus tard, revirement ! Statistics Mauritius publie les fameux NAE en annonçant cette fois une croissance de… 5,4% pour 2021, soit de 1% supérieure aux premières estimations. Question pour un champion : comment et pourquoi l’organisme est passé de 4,4% à 5,4% en l’espace de deux jours ?

Que dit la seconde livraison des National Accounts ? Que le Produit intérieur brut (aux prix du marché) atteindra Rs 463,7 milliards cette année, contre Rs 429,7 milliards en 2020. Le taux d’investissement (Gross Fixed Capital Formation) devrait augmenter de 11,3%, après un recul de 26,2% en 2020.

La croissance de 5,4% sera atteinte tenant compte de plusieurs facteurs, dont la performance réalisée au premier trimestre, les récents accords de libre-échange et les mesures annoncées dans le budget 2021/22. Statistics Mauritius prévoit une croissance de 6,8% dans le secteur agricole/pêche. Le secteur manufacturier, lui, devrait rebondir de 11,3%, après avoir chuté de 17,8% en 2020. La construction devrait pour sa part progresser de 25,2%, après avoir régressé de 25,8% en 2020. Cette forte croissance devrait se concrétiser grâce aux Smart Cities, aux morcellements, aux projets PDS, à la construction/rénovation d’hôtels, aux travaux de Metro Express, aux projets de drains, aux Mediclinics, au terminal de croisières et au Data Technology Park de Côte-d’Or, entre autres.

Le secteur “Accommodation and food service activities” devrait progresser de 4%, « based on expected tourist arrivals of around 325 000 in 2021, compared to 308 980 in 2020 », soit le double de ce qui avait été annoncé dans la première version des NAE, dans laquelle Statistics Mauritius avait parlé de « expected tourist arrivals of around 150 000 – 160 000 in 2021 ». Cet amendement de dernière heure fait jaser dans les milieux d’affaires (voir aussi en encadré les projections du Fonds monétaire international dans le dernier Staff Report rendu public en début de semaine).

Le secteur des Tic devrait croître de 7%, et les services financiers de 3,8%. La consommation des ménages devrait connaître une hausse de 1,3% cette année, après une baisse de 18,7% en 2020.

Notons que le PIB s’est contracté de 8,7% au premier trimestre de l’année. Les dépenses liées à la consommation ont reculé de 4,2% au premier trimestre 2021. L’investissement (Gross fixed capital formation) a régressé de 5,5%, après avoir chuté de 9,1% au quatrième trimestre 2020.

Le Gross Value Added (GVA) au premier trimestre 2021 a par ailleurs cédé 8,4% par rapport au trimestre correspondant en 2020. Cette baisse s’explique principalement par un repli de 6,3% dans les Accommodation and food service activites (-82%). L’agriculture/pêche a progressé de 11,3% (après une contraction de 3,1% au trimestre précédent). La manufacture a reculé de 5,6% et la construction a enregistré une évolution quasi stable de 0,6%. Les Tic ont affiché une croissance de 5,8%, tandis que le secteur financier a progressé de 2,3%.

Les dépenses liées à la consommation des ménages sont par ailleurs en baisse de 4,2%. Durant le premier trimestre 2021, l’exportation de produits et services s’est contractée de 10,6%, après avoir chuté de 42,4% au trimestre précédent. Le Gross Value Added (aux prix de base) du premier trimestre 2021 était de Rs 94,8 milliards, contre Rs 102,4 milliards pour le trimestre correspondant en 2020. Statistics Mauritius souligne : « In the first quarter of 2020, GVA declined to Rs 102,444 millions. Due to the impact of COVID-19 pandemic, it further declined in the second quarter of 2020 to reach Rs 73,046 million. It then increased to Rs 96,533 million and Rs 107,287 million in the third and fourth quarter of 2020 respectively. »


Mauritius as a Tourism-Dependent Economy : Upside/Downside Scenarios

A recent IMF study examines effects of the pandemic and economic prospects for tourismdependent economies, including particular challenges such economies may face postpandemic.

In staff’s baseline scenario for Mauritius, tourism arrivals and GDP grow gradually as the country emerges from the pandemic and regain 2019 levels only by 2024.

In a downside scenario, lagging recovery of tourism would hinder growth and lead to medium-term scarring, with GDP failing to reach 2019 levels until much later. Slow growth would constrain fiscal revenues and put further pressure on the external position. In an upside scenario, positive shocks could materialize quickly, driven by pent up tourism demand, and GDP could approach 2019 levels by 2022. Faster growth could boost fiscal revenue and improve the external position, although also stoking inflationary pressures.