Photo d'illustration

Tout porte à croire que pour certains individus, « Sel solision… se Kart Vaksinasion ». En effet, la police soupçonne un trafic de Vaccination Card du Covid-19 ayant cours dans le pays. Certains de ceux qui ne se sont pas fait vacciner achètent ce document en vue d’accéder dans certaines institutions comme les écoles et hôpitaux. Le prix peut aller jusqu’à Rs 5000 la pièce… Un chauffeur de 43 ans résidant Camp Pierrot, Curepipe, a été arrêté avec 46 Vaccination Cards chez lui dimanche.

C’est l’équipe de la Woman Police Sergeant (Wps) Carpouron qui s’est rendue chez le suspect en début de soirée, soupçonnant le taximan d’être un dealer de drogue. Plusieurs individus à l’allure suspecte sont souvent aperçus devant son domicile. Les limiers ignoraient que le quadragénaire menait une autre activité illégale en parallèle. L’Adsu a découvert 12 doses de cannabis déjà mises en sachet, une substance de couleur marron soupçonnée d’être du haschich, et une certaine quantité d’héroïne. La valeur de la drogue est évaluée à quelque Rs 41 000.

En poursuivant leur perquisition, l’équipe en question est tombée sur les Covid-19 Vaccination Record Cards qui portent le sceau du ministère de la Santé. Selon la police, les documents semblent être authentiques. Cependant, elle soupçonne que les cartes de vaccination aient pu être volées dans un des centres. Les enquêteurs ont demandé au ministère de la Santé de procéder à un décompte du nombre de Vaccination Cards et leur “serial number” dans ses centres et dans les cliniques ayant eu l’autorisation de vacciner le public. Ils n’écartent pas une complicité interne. Le suspect a, lui, déclaré que c’est un ami qui lui a demandé de garder ces cartes chez lui.

Soulignons que le député travailliste Farhad Aumeer avait fait état d’un trafic de carte de vaccination dans le centre du pays lors d’une intervention au Parlement le mardi 15 juin. La police soupçonne que tout un réseau serait derrière le coup. Dans un premier temps, les soupçons se tournent vers les officiers du ministère de la Santé qui ont pour tâche de garder ces documents. Des suspects auraient abordé des personnes pour leur proposer la vente de ces cartes. Une carte vierge coûte Rs 2500, des frais additionnels de Rs 1500 pour le tampon et Rs 1000 de plus pour la falsification de la signature d’un médecin…
Un volet de l’enquête pourrait être confié à l’Independent Commission Against Corruption (Icac) dans le contexte de « Public official using office for gratification ». À ce stade, la police ignore combien de ces Vaccination Cards ont été écoulées.