La reprise de la saison de cyclisme sur route, dimanche dernier à Bras d’Eau, a été le théâtre de deux incidents. Si dans l’un des deux cas on a vu que tout un peloton a été victime d’une chute, dans l’autre, une rumeur a parcouru le peloton à l’effet qu’un jeune coureur a été victime d’un hit and run. Il n’en fut rien. Renseignements pris, le coureur en question a heurté l’arrière d’une voiture. Sa chute a été, heureusement, sans gravité.

« C’est une erreur de débutant qui a mené à cet incident », laisse-t-on entendre du côté de la Fédération mauricienne de cyclisme (FMC). Il nous revient que le coureur tentait de rejoindre le peloton et que la voiture devant a freiné sans se rendre compte de la présence du coureur dans son sillage. « C’est un coureur qui manque encore d’expérience de course », soutient-on encore.

Mais ce qui préoccupe le plus, c’est la chute dont a été victime le peloton composé des coureurs cadets, pass-cyclistes et masters. Là encore, il s’agit d’un « fait de course ». Deux jeunes éléments de la catégorie minimes terminaient leur course quand ils ont vu débouler le peloton des « grands ». La chute, elle, implique un bon paquet de coureurs. Raphaëlle Lamusse est la plus touchée. Elle sera même évacuée vers une clinique privée, où elle subira une intervention chirurgicale. Bilan : une clavicule cassée et beaucoup de repos.

D’aucuns avancent que la réduction de la taille de ce peloton aurait pu éviter ce genre d’incidents. Sur les réseaux sociaux, les coureurs se sont laissé aller à quelques commentaires. Mais la FMC, de son côté, ne compte pas changer sa façon de fonctionner. « Il y a eu des suggestions pour que les cadets fassent la course séparément. C’est une idée. Mais nous craignons de ne pas leur rendre service », soutient-on encore du côté de la FMC.

En fait, un peloton de cette taille permet aux jeunes coureurs de s’étalonner dans des courses où on joue des coudes et où les guidons se touchent. « En France, ce sont des courses avec 125 à 150 coureurs qui tentent de se trouver la meilleure place dans le peloton. Donc, nous voulons qu’ils aient l’habitude de la densité. » Cette idée de mélanger cadets, pass-cyclistes et masters, anciennement connus sous le nom de catégories 3 et 4, remonte au début des années 2000. « On ne dit pas que les cadets doivent avoir leur course à proprement dit. Mais là, cela ne risque pas de leur rendre service alors qu’ils vont passer chez les juniors, où la course est plus dure et que ça va bien plus vite. »

Reste que la sécurité des coureurs est au cœur des préoccupations. « Nous avions des policiers et des motards. Nous avons même demandé à avoir plus de policiers en poste dans le village pour éviter tout cafouillage. » Et l’incident, lui, se serait produit pour une autre raison également. « C’est une course qui survient après plus de trois mois. Donc, tout le monde est nerveux. » Il faut cependant espérer que cela ne se reproduise pas…

Légende

La chute de presque tout le peloton dimanche dernier a animé les conversations cette semaine

HT 1

Critérium Snowy : place aux sprinters

La deuxième épreuve depuis la reprise, le Critérium Snowy, se tiendra demain à St Antoine. Une épreuve longue de 60 km, qui devrait voir les sprinters s’illustrer, à moins qu’un larron n’ait réussi à fausser compagnie au peloton au cours d’un des cinq tours. Les minimes (15 km), cadets (25 km) et les pass-cyclistes et masters (60 km) seront également de la partie.

100 KM Anou Pédalé : rendez-vous le 8 novembre

C’est confirmé : c’est le 100 km Anou Pédalé, qui se tiendra le 8 novembre, qui clôturera la saison 2020, comme l’avaient annoncé les dirigeants de la FMC au cours de la présentation du calendrier. On ne sait pas encore quelle formule sera adoptée pour cette course, mais l’organisation a d’ores et déjà ouvert les inscriptions pour les intéressés.