Alexandre Mayer va-t-il lever les bras samedi prochain à l’issue de la dernière étape du Tour ?

Annoncé par tous comme le favori du Tour de Maurice 2020 (14-17 octobre), Alexandre Mayer, sociétaire de la Team Fybolia-Locminé en France, ne veut pas y penser. À quelques jours de l’épreuve, le double champion de Maurice — sur route et VTT — revient sur sa préparation et sur ce qui le motive.

Avec sa victoire dans la Maxi Clean Cup, une épreuve à étapes, où il a remporté le contre-la-montre individuel, Alexandre Mayer a envoyé un message sur son état de forme. Pour lui toutefois, les choses ont été un peu plus compliquées du fait qu’il soit esseulé. « J’ai pu bénéficier d’alliés de circonstance », rappelle-t-il. Ses alliés du jour avaient pour noms Niels Hartmann et Grégory Mayer, qui lui ont prêté main-forte pour la deuxième étape.

Reste qu’il a déjà choisi son camp pour le Tour de Maurice. Ce sera le club Moka Rangers, pour lequel il a déjà couru dans le passé, avant de rejoindre la formation française de Fybolia-Locminé. En sera-t-il le leader ? Il n’a pas la réponse à cette question. « Il faudra voir avec les autres, par exemple, l’état de forme de Yannick Lincoln ou Thomas Desvaux. » Outre les deux coureurs cités plus haut, on retrouvera Niels Hartmann et Grégory Mayer.

Revenant sur sa préparation, le coureur, qui a effectué l’Everesting Challenge dès la sortie du confinement, avoue être en forme. Ses récentes performances lui donnent toutes les raisons d’espérer un bon résultat sur le Tour. Cette année, le Tour de Maurice se disputera uniquement entre coureurs locaux. Mais loin de lui l’idée de se surestimer ou de sous-estimer les autres. Au contraire ! « Je pense que la course sera toujours aussi disputée. Et il faudra être dans le coup dès le premier jour. La course sera relativement courte. Donc, il ne faudra pas laisser passer sa chance », analyse le coureur.

Pour lui, les troisième et quatrième étapes seront celles où il ne faudra pas se laisser piéger. Le profil de la troisième étape est à même de désigner, ou à défaut, de confirmer l’identité du vainqueur du Tour. Mais celui de la dernière pourrait tout aussi bien voir quelqu’un d’autre émerger, pourvu qu’il soit audacieux. « On peut se faire surprendre à Sorèze. Si on est décroché, on peut rapidement se prendre une minute, voire deux. » Il parle en connaissance de cause, puisque c’est sur ce même circuit qu’il avait été sacré champion de Maurice. Il cite, pour l’exemple, le moment où Yannick Lincoln et lui-même déposent Dylan Redy. « C’est un scénario qui peut se produire. Il faudra être vigilant pour ne pas se faire piéger. »

Au cas où il se retrouve en jaune samedi prochain, il aura peut-être un regret. Celui de ne pas avoir remporté un Tour avec un plus gros plateau. « J’aurais vraiment préféré avoir plus de coureurs pour un plateau plus relevé. Mais c’est toujours mieux que rien et c’est toujours bien d’avoir un Tour national à son palmarès », conclut-il.

Quinze équipes au départ

On verra finalement quinze équipes au départ du Tour de Maurice. Si certains clubs, à l’instar du FFSC-KFC ou du VCJCC, ont réussi à aligner deux formations, d’autres, plus modestes, ont aligné une équipe amoindrie, comme le VCP qui, selon la liste qui circule, ne disposera que de trois hommes sur le Tour de Maurice. L’ouverture de la course aux coureurs de la catégorie cadets a vu la mise sur pied d’une sélection issue des académies de cyclisme à travers l’île. Et finalement, on note la présence du Club cycliste de Tamarin, nouveau venu dans le peloton.