Ici on boit et on aboie: niché dans le quartier londonien de Hackney Wick, un bar à destination des chiens et de leurs maîtres séduit les mordus de toutous, qui y trouvent enfin un espace où les laisser gambader en paix.

Point de scandale quand un chien monte sur la table ou vient renifler les jambes d’autres clients: au « After Bark« , bar au nom construit sur un jeu de mot entre « bar » et « bark » (aboyer), le chien est roi.

« Nous sommes déjà allés dans d’autres endroits accueillants pour les chiens mais aucun où nous avons pu laisser le nôtre courir aussi librement partout », explique à l’AFP Rhema Moses, jeune maîtresse qui ne sait d’ailleurs pas où sa chienne est passée.

Derrière le bar, la propriétaire et fondatrice Jamie Swan prépare ce qui ressemble à un demi-mètre de shots. Elle remplit les verres de différents cocktails préparés avec soin, avant de glisser dans le dernier un biscuit en forme d’os. Et de le déposer par terre, faisant la joie d’un petit caniche noir et d’un cocker anglais.

Margrrrrita, mojitoutous: les verres contiennent en fait des « puptails », pendants adaptés aux chiens des cocktails servis aux maîtres… sans alcool, bien sûr.

« Les +puptails+ que nous avons ici au menu sont composés de betteraves crues, de carottes crues, de thés à base de pissenlits et de bardane, de différentes racines d’arbres », explique à l’AFP la propriétaire des lieux. « Des choses qu’en gros nous mettrions dans des thés rafraîchissants qui sont bons pour nous, mais qui sont aussi vraiment bons pour eux ».

– Sociabiliser –

En ouvrant « After Bark« , l’idée de Jamie Swan était de mettre en place « un centre communautaire pour chiens et humains », qui sert des cocktails et cafés, mais qui propose aussi de la garde de chiens, du toilettage, des entraînements grâce à un centre qui y est accolé.

« Nous ne mettons pas les chiens en premier, nous mettons les chiens et les humains au même niveau », souligne-t-elle.

Lancé récemment, ce bar ouvert les jeudi, vendredi et samedi soirs a vocation à aider les maîtres en manque de lien à dépasser leur solitude exacerbée par la pandémie de coronavirus.

« Surtout en période de confinement, beaucoup de propriétaires ont l’impression d’être seuls et lutter », a constaté Bella Ryan, responsable de la garderie pour chiens « Barkney Wick », liée au bar.

« C’est un endroit vraiment sympa pour que les gens se réunissent et se rencontrent », ajoute la jeune femme, « tout en laissant simplement leurs chiens courir et sociabiliser dans un cadre plus détendu, autour d’un verre ».

Debout sur une table, Mochi, petite chienne à poils courts munie d’un sweat lila, renifle un « puptail », sous l’œil attentif de son maitre.

« Elle n’a qu’un an, on l’a eu pendant le confinement », confie Jordan Barnes. « C’est un endroit vraiment cool où elle peut rencontrer d’autres chiens et aussi interagir avec d’autres humains ».