Des travaux préliminaires ont déjà été lancés par la firme indienne Larsen & Toubro de Rose-Hill à Ébène pour le compte de Metro Express. Cette extension du réseau ferroviaire se présente comme une opportunité à exploiter pour la compagnie, étant donné le nombre de passagers qui se trouvent entre ces deux régions. Et dans le cadre du développement de ce nouveau réseau, l’acquisition des terres a déjà démarré par les autorités concernées. C’est ce qu’annonce le CEO de Metro Express Limited, Dr Das Mootanah.

Le lancement du service passagers de Rose-Hill à Quatre-Bornes a eu lieu récemment. À ce jour, que peut-on dire du nombre de passagers qui voyagent au quotidien ?
Nous sommes heureux car, petit à petit, le nombre de passagers dans les Light Rail Vehicles revient à la normale et augmente. Nous sommes passés de 5 000 à 12 000 passagers en cette première semaine de juillet. En effet, depuis le début des opérations le 22 décembre 2019, le métro fonctionne avec succès et affiche des performances plus que satisfaisantes. Comme nous le savons, la phase 2A a été mise en service depuis le 20 juin 2021. Au lendemain du lancement de la phase 2A, une hausse de plus de 100% a été constatée sur notre Ridership. À ce jour, près de quatre millions de passagers ont voyagé à bord du Mauricio.
Au fait, nous effectuons des sondages régulièrement auprès des passagers. Ces derniers expriment leur enthousiasme et leur satisfaction lorsqu’ils voyagent. C’est un grand encouragement pour notre équipe. D’ailleurs, nous avons réalisé un sondage au mois de mai pour prendre connaissance de l’avis de ceux qui prennent le métro.
Au total, 300 questionnaires ont été distribués à nos clients. On constate que 60% des répondants voyagent quotidiennement à bord du métro et qu’une majorité d’entre eux le font pour se rendre au travail. Selon les résultats, 10% des passagers préfèrent voyager par le métro car pour eux, le LRV de MEL est un mode de transport qui ne donne aucun tracas, contrairement aux autres transports publics. De plus, près de 100% des passagers qui ont répondu disent être satisfaits des services que MEL leur offre.
Les réponses reçues montrent clairement que les passagers se sentent en sécurité à bord de nos LRV, ce qui donne une bonne réputation à notre entreprise et à notre marque. La plupart des sondés ont également fait savoir qu’ils choisissent de voyager dans le métro en raison de la qualité des services et de sa réputation. Pratiquement, 95% des répondants ont répondu qu’ils choisissent de voyager dans nos LRV parce qu’ils sont propres, spacieux et offrent une très bonne expérience à nos clients.

Vous avez annoncé le début des travaux majeurs au Caudan. Certains travaux seront aussi complexes. Parlez-nous de ces travaux…
Des travaux de maintenance, d’amélioration (improvement works) et d’intégration seront effectués bientôt à Caudan, aux frais du contracteur Larsen & Toubro. Jeudi dernier, nous avons effectué une visite des lieux pour expliquer le programme et ces travaux de maintenance et d’amélioration auront lieu bientôt. Nous tenons donc à rappeler une nouvelle fois qu’il y a un certain nombre de travaux complexes d’infrastructure et d’interface entre Caudan et l’Aapravasi Ghat.
Nous aurons des travaux de connectivité/intégration de la gare Victoria de Port-Louis et du terminal urbain de Victoria. Des travaux d’entretien et d’amélioration à l’entrée de Caudan et une nouvelle station ferroviaire au Caudan flyover se tiendront également. Nous construirons un pont sur le drain Le Pouce et, une nouvelle plate-forme au Waterfront. Le planning pour la construction de la gare de l’Aapravasi Ghat est aussi à l’agenda. Il faut savoir qu’on attend toujours l’approbation de l’Unesco. Vu la nécessité de tous ces travaux dans le programme du contracteur, et afin de respecter les délais, il est de notre devoir de les démarrer. Ce qui explique que les travaux dureront environ six à sept mois.
Étant donné la proximité de ces projets avec le tronçon de métro déjà en service (la phase 1+2A reliant Port Louis à Quatre-Bornes), ces projets impliqueront de multiples travaux d’interface complexes qui auront un impact sur les opérations à un certain niveau. D’où l’idée d’aménager une station au Flyover de Caudan avant la Port-Louis Victoria Central Station, cela avec les mêmes facilités. Au Victoria Urban Terminal (VUT), des travaux de connectivité tels que l’installation d’un ascenseur et des escaliers mécaniques, Railings, les finitions, Canopy, les services électriques, entre autres, sont prévus dans les prochains mois.
Pour l’instant, le VUT est construit avec une structure piétonne aérienne qui le relie à la station de métro. Au sujet de la construction d’un drain sur le pont Le-Pouce, il faut faire ressortir que sur cette section du tracé doit être modernisée afin d’accueillir le système de métro léger. Cela comprendra des travaux préparatoires, des déviations au niveau du trafic qui mèneront plus tard à la déviation des services d’utilités publiques, des travaux de pieux et l’installation de poutres.
Dans le cadre de la phase 2B, une station à l’Aapravasi Ghat est nécessaire. Cependant, en attendant l’approbation de l’Unesco, MEL a demandé qu’une plateforme temporaire soit construite près du passage souterrain de Waterfront, en dehors de la Buffer Zone de l’Aapravasi Ghat, pour faciliter le trajet du public vers l’Immigration Square et les alentours du Waterfront. Par conséquent, des travaux tels que le déplacement des services publics et des murs de soutènement seront nécessaires à cet endroit.
Par ailleurs, des travaux de maintenance et d’amélioration seront entrepris à l’entrée de Caudan où une nouvelle station temporaire sera mise à la disposition du public avec les mêmes facilités que la Port Louis Victoria Central Station. Compte tenu des nombreux projets dans cette région et étant donné que le service passagers s’arrêtera à partir du 10 août 2021 à la nouvelle station de Caudan, L&T va saisir l’occasion pour faire d’autres travaux d’amélioration dans la région de Caudan où il y a eu un Settlement du sol, cela à ses propres frais.

Qu’en est-il des mesures de sécurité ?
Toutes les mesures de sécurité et de sûreté ont été prises en ce qui concerne les opérations. D’ailleurs, ces travaux sont conformes à nos différents niveaux d’assurance et de contrôle dans l’exécution du projet, et ils sont strictement suivis et ancrés dans nos systèmes et dans notre façon de travailler.
D’abord, le contracteur principal L&T, retenu sous un contrat de type Engineering-Procurement-Construction (EPC) assure la sécurité dans tous les critères du design du projet. Puis, il y a RITES qui supervise directement la qualité et les critères établis pour les différents travaux.
La Singapore Cooperation Enterprise, qui a conçu tout le système, a assuré la sécurité d’abord dans le Reference Design et s’assure aussi que la sécurité et la qualité sont intégrées dans le cycle complet, que ce soit dans l’exécution du projet depuis la conception au plan détaillé, dans les opérations et l’entretien.
Le quatrième niveau d’assurance nous vient du Singapore Mass Rapid Transit (SMRT). Il faut souligner que l’équipe est composée d’experts locaux et internationaux qui assurent la conception, la réalisation et la mise en œuvre de ces différents niveaux d’assurance pour que nous puissions effectuer nos opérations en toute sécurité et de manière efficace comme le stipulent les normes internationales.

D’autres travaux sont menés entre Curepipe et Saint-Jean. Quel est le pourcentage des travaux complétés à ce jour ?
Je suis très satisfait de l’avancement des travaux. Malgré deux confinements, nous sommes sur la bonne voie. 85% des travaux ont été complétés pour l’ensemble du projet sur 26 kilomètres. Pour la phase 2B qui reliera Saint-Jean à Curepipe, les travaux ont été complétés a 61%. Les citadins commencent à apercevoir les structures et nous demandent quand le métro sera sur les rails dans d’autres régions. Les travaux à Saint-Jean dans les deux voies de l’extérieur (gauche complètement et à droite) s’achèveront vers la fin de septembre.
D’ici début octobre, les barrières vont être transférées au milieu de la route. Les commerçants pourront travailler tranquillement jusqu’à la fin des travaux. La pose des rails aura lieu à Saint-Jean, au début de l’année prochaine. Quatre-Bornes sera connectée à Phoenix en juin 2022, en direction de Trianon où la station sera située en face de La City. Une autre station sera construite à Phoenix avec un concept très intéressant, soit l’intégration de la route et de “flyovers”, entre autres.
D’ailleurs, la pose des rails a démarré à Phoenix et sur 200 mètres à Vacoas. Une nouvelle route est en construction par la Road Development Authority. Les procédures en ce qui concerne l’acquisition des terres sont presque résolues. 85% des terres ont déjà été remises à L&T. La superstructure prend forme à la station surélevée de Curepipe Central et les travaux de fondation ont été complétés. Après avoir réalisé la connectivité entre Quatre-Bornes et Victoria, l’achèvement de l’ensemble du tronçon entre Port-Louis et Curepipe Central est prévu pour décembre 2022.

L’extension du métro de Rose-Hill à Ébène est déjà annoncée, et des travaux préliminaires sont effectués. Où en êtes-vous au niveau de la planification ?
Mon équipe et moi-même, nous avons organisé un exercice de Stakeholder Engagement et de relations publiques en vue de l’extension entre Rose-Hill et Réduit. Plusieurs parties prenantes étaient présentes dont les représentants de la MCIA, du FAREI, de l’UoM, du ministère de l’Éducation, celui des Terres et du Logement, L&T et RITES. Les procédures en ce qui concerne l’acquisition des terres ont commencé.
Par ailleurs, des travaux préliminaires ont démarré sur ce tronçon. Larsen & Toubro a déjà lancé les travaux de base, c’est-à-dire la phase de conception et d’étude géotechniques. Des travaux d’infrastructures complexes auront lieu tout le long du tronçon de 3,4 km. Le métro léger, est en effet, un projet pour le développement durable. Nous avons pour mission de réduire, à long terme, la congestion routière et l’émission de carbone.
De plus, c’est un projet de long terme pour l’Economic Sustainability. La cybercité d’Ébène s’est avérée être une zone critique de croissance à Maurice et exploitable. C’est une zone d’influence pour se connecter au réseau du métro léger. En gros, nous sommes satisfaits du progrès accompli jusqu’ici en dépit des défis inévitables comme les impacts du COVID, les challenges inhérents à ce type de méga projet international.