Thesy Robertson, qui était poursuivi en Cour intermédiaire sous une charge de coups et blessures causant la mort sans intention de tuer, a finalement obtenu le bénéfice du doute lors du procès. La cour ne devait pas trouver que son implication dans le décès de la petite Anna Julia Mootoo avait été prouvée sans nul doute. Toutefois, c’est la mère du nourrisson, Natasha Winnie Mootoo, qui se retrouve sur la sellette, car son cas a été référé au bureau du DPP.

Thesy Robertson avait été accusé en cour d’avoir causé la mort du bébé de huit mois, le 23 décembre 2015. Le nourrisson avait rendu l’âme des suites d’une fracture du crâne, selon le rapport d’autopsie du médecin légiste. La mère du nourrisson, Natasha Winnie Mootoo, avait expliqué qu’elle avait laissé son bébé avec son concubin pendant quelques minutes pour aller à la boutique et que, lorsqu’elle était revenue, le bébé portait une bosse au front et hurlait de douleur. À la police, Natasha Winnie Mootoo avait porté le blâme sur son concubin, soutenant même qu’il l’aurait agressée.

Lors du procès, à la barre des témoins, Natasha Mootoo devait soutenir qu’elle n’avait pas pensé emmener son bébé à l’hôpital quand elle a vu qu’il souffrait. C’est après l’insistance de sa belle-sœur, plus tard, qu’elle avait décidé de se rendre à l’hôpital, où elle a appris que son bébé avait une fracture au crâne, au pied et avait des brûlures à l’estomac. Natasha Mootoo avait indiqué que, selon le médecin, cela se pouvait que le bébé ait fait une chute. Thesy Steven Robertson avait, lui, plaidé non coupable de la charge de “wounds and blows causing death” en Cour intermédiaire. Initialement, le couple avait été appréhendé et inculpé du meurtre du nourrisson. Thesy Robertson devait toutefois faire face seul à la charge.

Dans un jugement rendu mercredi par la magistrate Adeela Hamuth, cette dernière devait accorder le bénéfice du doute à Thesy Robertson. La magistrate a conclu qu’il n’a pas été prouvé que Thesy Robertson avait infligé des coups au nourrisson. La magistrate devait toutefois décider de référer le cas de la mère au bureau du DPP, en raison de ses versions contradictoires. La cour s’était aussi penchée sur le témoignage de la belle-sœur, qui avait indiqué que Natasha Mootoo n’avait pas souhaité emmener la petite Anna Julia à l’hôpital alors qu’elle portait une bosse au front et souffrait de douleurs à l’estomac.

La mère avait donné une raison pour laquelle elle n’avait pas pensé emmener sa fille pour des soins : « Parski li ti pe manze ek bwar bien e li ti normal. Zis ti ena fwa li ti pe plegn so bos. » La cour a ainsi exonéré le concubin du meurtre du nourrisson et a référé le cas de la mère au DPP pour de possibles procédures pénales contre elle après étude du dossier.