Me Rama Valayden, accompagné de Me Jacques Panglose, a pu donner sa version des événements au Bar Council entourant son arrestation par la CCID, vers 2h du matin, le lundi 17 mai. Il a comme témoins Mes Sanjeev Teeluckdharry, Sahmad Gaulamally, Ashley Hurhungee et Shaazad Mungroo. Pendant plus de trois heures, les explications des avocats ont été entendues par le Conseil de l’Ordre des avocats, présidé par Yatin Varma. Le Bar Council fera part des retombées de son enquête après la communication des Written Submissions de Me Panglose.

La polémique entourant l’arrestation de Rama Valayden aux petites heures du matin du 17 mai dernier n’a pas encore été éclaircie. Le Bar Council, qui souhaite y voir plus clair, a décidé de mener une enquête en vertu des dispositions de la Mauritius Bar Association Act et d’appeler les protagonistes à s’expliquer afin de pouvoir trancher. Raison de cette enquête : la déclaration du Deputy Commissioner of Police (DCP), Heman Jangi, qui soutient que c’est Rama Valayden qui souhaitait se rendre aux Casernes centrales vers 2h pour y être interrogé.

Rama Valayden, qui a pu donner sa version des faits au Bar Council, maintient ses propos sur ce qui s’est passé dans la nuit de dimanche à lundi, malgré tout ce qui a pu être dit et entendu. « J’ai tout dit de façon claire et je maintiens tout ce que j’ai dit devant le Bar Council. Nous attendrons désormais de voir comment les choses évolueront pour pouvoir en dire plus. En tout cas, je reste à la disposition du Bar Council à tout moment pour toute requête. Il faut rappeler que c’est après un combat pour les droits humains, soit pour la Palestine, que je me retrouve là. Je paie les frais des combats que je mène », déclare-t-il.

Me Panglose soutient que son client a « donné une version qui est claire et nette », ajoutant : « Il a expliqué avec sincérité comment les choses se sont passées. » Il déplore toutefois le fait que le Bar Council ne lui ait pas donné l’opportunité de « contre-interroger » les différentes sources qui ont consigné leurs versions des événements. « Je ne suis pas au courant de ce qui a pu être dit et la moindre des choses aurait été de pouvoir les interroger, ce que ne souhaite pas le Bar Council », a-t-il soutenu. La marche à suivre, pour l’avocat de Rama Valayden, sera alors de plaider sa cause, ou de soumettre ses Written Submissions au Bar Council, avant qu’une décision ne soit prise.

Sanjeev Teeluckdharry dit s’attendre que le Bar Council « tranche en toute indépendance ». Il déplore une « arrestation arbitraire motivée politiquement », faisant état des agissements du CCID dans la nuit du dimanche à lundi en question en entamant des arrestations après la manifestation pacifique du Groupe Réflexion Emmanuel Anquetil (GREA). Il maintient que « c’est faux de dire que Rama Valayden a invité le CCID à venir chez lui aux petites heures du matin ».

Le président du Bar Council, Yatin Varma, dit avoir écouté les différentes versions des avocats, ajoutant attendre les “written submissions”. À la suite de quoi, dit-il, le Bar Council prendra une décision.