Stephano Ross (à gauche) en a marre des étiquettes et de la stigmatisation

Le 29 mai, soit la veille de la Fête des Mères et de la levée du “lockdown” en raison de la Covid-19, des familles se sont vues expulser du lopin de terre de l’État, rue Jean Blaise, Pointe-aux-Sables. Un sentiment d’abandon anime Stephano Ross, qui a assisté impuissant, de même que ses autres amis, à la démolition de leurs maisons en tôles, toutes réduites en lambeaux. Un véritable drame humain est bien visible dans cette région de l’île, où actuellement 16 familles, soit 25 adultes et 13 enfants de cinq mois à 16 ans, vivent dans des “camping tents”. Suite aux problèmes de ces squatteurs, qui vivent à la belle étoile en ce mois hivernal, il y a un mouvement qui s’est créé, regroupant plusieurs citoyens engagés, avec à la tête Delphine Ahnee, porte-parole de la plateforme “Drwa a enn Lakaz”, représentant Caritas Logement, Affirmation Action et Enn Twa pou Twa. Stephano Ross, le porte-parole des squatteurs de Pointe-aux-Sables, avance que « nou merit enn twa, se enn drwa ».

Rue Jean Blaise, Pointe-aux-Sables, en ce mardi matin sous une fine pluie, Stephano Ross nous mène vers son lieu de résidence. Aucun humain ne peut rester insensible face à ces conditions de vie incertaines. Toutes les maisonnettes en tôles ont été avalées par les grosses pelleteuses. Ce qui fut jadis un terrain habité est devenu un terrain en friche, où des “camping tents” ont été entassées pour contrer la pluie et le froid hivernal. En plein hiver, ces quelques familles, qui refusent encore de déserter les lieux, comme pris en otage d’un traumatisme vécu, militent pour que le gouvernement revoie leurs conditions. Elles sont actuellement 16 familles (25 adultes, 13 enfants de cinq mois à 16 ans) en attente d’une maison décente.

Après l’opération  »Kras lakaz », les squatteurs n’ont d’autre choix que de vivre sous des tentes de camping

Pour Stephano Ross, l’image du grand nombre de policiers armés, qui ont débarqué sur le site la veille de la fête des Mères, défile encore devant ses yeux. « 3h di matin zot finn debarke arme pou kraz bann lakaz an tol ki nou finn fabrike. Ti ena manb SSU, azan demolision ek zot JCB. Nou pa finn resevwar okenn ed gouvernman, mem pa pou donn nou enn asistans. Bann Ong, ek sirtou Bruneau Laurette, bann monper Gérard Mongelard ek Père Laurent Rivet, e Fabrice David ki finn vinn soutenir nou. Nou ena enn santiman ki gouvernman finn vinn met nou deor an plin konfinnman. Nou espere ki nou pa pe fer erer. Nous vivons un véritable drame humain. Quand les enfants voient un policier dans la rue, zot sove. Zot dir lapolis pe vinn kraz lakaz. Mo mem mo latet fatige, mo pa pe kapav travay », dit-il.

Marre des étiquettes et stigmates

Stephano Ross dit « en avoir marre des étiquettes et des stigmates ». Lui, qui vivait auparavant à Tranquebar, a choisi au mois de janvier dernier de venir à St. Jean Blaise. Et à peine son installation que quelques mois plus tard surviennent la crise sanitaire et l’opération “Kraz lakaz” le 29 mai à Pointe-aux-Sables. « Je lance un appel au gouvernement pour nous aider. Nous avons voté et il est de son devoir de protéger des gens comme nous dans le besoin. Nou pe res a label etwal. Trez zanfan aktielman lor terin ar nou e lezot eparpiye dan Fwaye Piat. Les pères Mongelard et Rivet ont aidé quelques squatteurs pour trouver une solution temporaire de logement. Nou merit enn twa, se enn drwa. Nou le ki gouvernnman pran nou an konsiderasion, nou tou Morisien. Bokou finn tromatize avek desent lapolis e loperation “kraz lakaz”. Deza ki avek enn saler minimum pa pe resi trouv lizour, aster problem lozman. Koman enn ti dimoun pou kapav trouv enn depo Rs 60 000 pou lozman ? Nou le bann otorite ekout nou. Nou pa kone kot nou pou ale », déplore le porte-parole des squatteurs de Pointe-aux-Sables. Il ajoute : « Psikolozikman, mwa adilt, mo finn bien afekte. Aster bann zanfan, imazine ki tromatism zot finn gagne. »

« Met dimoun deor alor ki Kovid-19 pe fer ravaz ? »

Par ailleurs, Glorieuse Perrine, manoeuvre maçon et mère de trois enfants, âgés de six, 15 et 18 ans, a dû envoyer ses enfants chez un oncle depuis l’opération “Kraz lakaz” à Pointe-aux-Sables. Cela fait 41 jours qu’elle vit sous un “camping tent”. « Je demande au gouvernement de venir écouter nos doléances. Mo pa kone si mo finn vinn okip enn terin Leta. Mwa mo finn vinn okip enn terin abandone. Kan nou ti vinn la, terin-la ti malang, nou ki finn met li prop. Kot gouvernman pe dir terin-la marekaze, mo dir partou ti dibwa, finn bizin tir bann ordir pou kapav konstrir nou lakaz tol ki finn kraze an plin konfinnman. Ou kapav met dimoun deor alor ki Kovid-19 pe fer ravaz ? Gouvernnman mem finn konfinn dimoun, dir pa sorti sinon lamann, aster ki pou dir nou dormi deor ? » se demande-t-elle.
Glorieuse dit avoir fait une demande en 2006 auprès de la NHDC. « Trust Fund ti ena mo non lor lalis. Ti dir dan enn an ti pou fini gagn lakaz. Biro later Por-Lwi finn transfere Ebenn an 2006. Monn refer demann, e, an 2009, kan mo’nn demande kot mo demann inn arive, zot dir mwa nepli ena mo non dan sistem ek reanvoy aplikasion », déplore-t-elle. Elle se voit ainsi ballotée et apprend qu’avec le changement de gouvernement qu’il lui faut renouveler sa demande. « Zordi, zot dir bizin dimoun ki dan lake ki pas avan. Nou tou skwater ti dan lake. Eski ena baraz lor nou ? Zot pa pe trouv nou ? Pous inpe baraz-la, vinn vizit nou dan nou tol e konpran ki nou pe viv », dit-elle.

Glorieuse de marteler qu’elle est une Mauricienne « avec tout », qu’elle a travaillé pour son pays comme manœuvre maçon et qu’aujourd’hui ce même pays lui tourne le dos. « Kot nou pou ale ? Apre “kraz lakaz” pa pou vinn epizod kraz latant ? Nou bizin enn repons gouvernman ek enn twa. Nou pena plas pou dormi. Nou lespri pa an pe », explique-t-elle. Glorieuse lance un appel aux gens pour aider ses enfants qui ont repris le chemin de l’école afin qu’ils aient “enn titant tifin”. « Nou pa pe travay. Nou latet fatige, kouma san enn twa nou pou kapav viv ar nou zanfan ? » se demande-t-elle.

« Nou pa finn kokin gouvernnman »

Avec ses trois enfants, âgés de 13, 20 et 24 ans, Florise Nadal ne sait plus comment joindre les deux bouts. Actuellement, son fils de 13 ans vit avec elle à St.Jean Blaise, Pointe-aux-Sables. « Nou pa finn kokin gouvernnman, ki li rekonet nou drwa. Kan nou finn vinn abit la, li ti enn terin abandone. Nou ki finn netway plas, lakonstrir. Gouvernnman bizin rekonet ki li finn kraz nou lakaz. Li bizin donn nou enn lot. Li bizin repar so lerer. Nou zanfan ki pe soufer », souligne-t-elle. Son fils, qui est en Grade 8, n’arrive pas à faire ses devoirs le soir faute d’électricité.

Florise, Glorieuse et Yolita souhaitent que le gouvernement entende leur cri de mères pour l’obtention d’une nouvelle maison

Pour Florise, la solidarité émane en ce moment des squatteurs : « Nou ena enn sel lakwizinn an plin-er, tou manz ansam. Mo garson 13 zan ena enn rev gagn enn lakaz. Si nou ti ena enn twa, nou kondision de vi ti pou diferan. Si demin mo garson rant dan fleo, ki mwa mama pou kapav fer ? Ki konsey mo pou donn li si mo mem mo pa kapav fer li grandi dan enn lakaz konvenab ? »

Même constat auprès de Yolita Begué, qui demande au gouvernement de ne pas faire la sourde oreille. « Sak fami skwater finn viv enn gran tromatism. Zot pena leker. Zot fer ofisie vinn pran linformasion ar nou e zordi san pitie zot vini, zot kraz nou lakaz. Nou pena leswa pou lemoman », déplore-t-elle. Yolita souhaite que ce cauchemar « disparaisse au plus vite » et que les âmes sensibles pensent à eux en cette période hivernale. « Nou zanfan Bondie nou. Narien pa pou fer nou per. Deor, si nou pou dormi, nou pou viv mem nou », clame Stephano Ross, dont le cœur saigne, car il a été rejeté par ce pays, où il s’est toujours senti fier d’être Mauricien, mais où ses droits ont été bafoués. Pour lui, justice doit être rendue aux squatteurs.