Vincent Degert remettant un bracelet à une participante.

La délégation de l’Union européenne à Maurice et la National Human Rights Commission ont réuni une cinquantaine de policiers cette semaine pour un séminaire. L’objectif était de sensibiliser la force policière sur les principes de non-discrimination et de respect des droits fondamentaux, notamment des personnes LGBTI et des personnes âgées.

À cette occasion, l’ambassadeur de l’Union européenne, Vincent Degert, a déclaré que « je suis heureux que, grâce au partenariat que nous avons avec la Commission nationale des droits de l’homme, nous puissions sensibiliser les forces de l’ordre sur la manière d’appliquer les principes de non-discrimination avec divers groupes cibles, notamment les personnes LGBTI et les personnes âgées. En tant qu’agents habilités à faire respecter la loi, les représentants de la police sont, au quotidien, en contact direct avec la population. Par conséquent, il est primordial qu’ils soient familiarisés avec l’égalité et la non-discrimination, deux concepts qui sont au cœur des sociétés modernes fondées sur les droits de l’homme. »

Le président de la National Human Rights Commission, Dheerujlall Seetulsingh souligne que les personnes LGBTI sont des membres à part entière de la société. « Ils vivent et travaillent comme tout le monde. Nous comptons sur la force policière pour aider à éliminer les préjugés qui peuvent encore exister », a-t-il souligné.

Le séminaire était animé par des membres de la National Human Rights Commission, de la Welfare and Elderly Persons Protection Unit du ministère de l’Intégration, de la Sécurité sociale et de la Solidarité nationale ainsi que des organisations de la société civile, notamment la Young Queer Alliance et le Collectif Arc-en-Ciel.

L’événement a également permis à la National Human Rights Commission de lancer deux nouveaux outils de promotion des droits de l’homme : un bracelet en silicone sur lequel sont gravés les principes clés des droits de l’homme – qui sera largement distribué afin que la déclaration universelle des droits de l’homme soit diffusée à Maurice et à Rodrigues ; ensuite, un dépliant contenant toutes les informations importantes pour les victimes de violence domestique, leur donnant un accès rapide à des informations complètes sur l’aide dont elles peuvent disposer.