• Les actuaires soutiennent massivement la campagne de Dialogue Mauritius
  • « Nous espérons que le gouvernement rectifie le tir »

La pléthore de critiques émises sur la Contribution sociale généralisée (CSG) est loin d’être terminée… Cette fois, c’est Business Mauritius, l’organe suprême du secteur privé, qui jette tout son poids dans la bataille anti-CSG en lançant la plateforme Dialogue Mauritius sur Facebook et sur une page Web. La campagne que mène Dialogue Mauritius avec ses petites vidéos explicatives courtes, claires et bien illustrées sur Internet pour informer les Mauriciens des dangers de la CSG commence à circuler parmi les internautes et susciter des commentaires.

Cette campagne réjouit la communauté des actuaires, qui a été au charbon pendant plusieurs semaines, et en première ligne pour dénoncer ouvertement la CSG et « ses inégalités et injustices ». Un actuaire qui a préféré garder l’anonymat souligne ainsi : « La campagne de communication de Business Mauritius reprend dans les grandes lignes les réserves émises depuis juin par l’association des actuaires et beaucoup d’autres personnes, dont des économistes et des syndicalistes, sur le remplacement du NPF par la CSG. Il est dommage que le gouvernement n’a pas encore entrepris les consultations nécessaires avant d’appliquer la CSG avec tous les défauts et anomalies relevés jusqu’à présent. » Et d’ajouter : « On espère que le gouvernement rectifiera le tir en reportant l’implémentation de la CSG à 2021, ou même 2022, pour se donner le temps d’avoir une consultation au niveau national sur un sujet qui touche tous les Mauriciens, et d’adresser toutes les craintes émises en cette période de crise. »

Evoquant la CSG, Dialogue Mauritius souligne que « enn sel sanzman kapav afekte boukou zafer », à commencer par la stratégie d’augmentation des salaires des entreprises et la politique de recrutement et de promotion des employés, sans oublier le développement du pays et l’investissement dans son ensemble. En attendant, les actuaires et économistes se réjouissent de cette initiative de Business Mauritius. « Avec Dialogue Mauritius, on va entendre parler encore de la CSG pour un bon moment, tant que le gouvernement ne reverra pas sa copie ! » dit-on. Pour d’autres observateurs, le fait que le secteur privé opère une telle levée de boucliers face à une telle réforme, allant même jusqu’à faire campagne ouvertement dans les médias et sur les réseaux sociaux, est « sans précédent ». Et de conclure : « C’est un sujet hautement politique. Le Premier ministre oublie trop vite qu’il a perdu les élections en 2005 à cause des pensions… »