Avec les fêtes de fin d’année qui approchent et la réouverture des frontières, la State Trading Corporation (STC) a estimé l’heure venue de lancer ses opérations en vue du renouvèlement de son stock de carburant pour l’année prochaine. Raison pour laquelle elle a émis depuis mardi dernier un appel d’offres international pour l’achat de 205 000 tonnes métriques d’essence sans plomb, 230 000 tonnes métriques de gasoil et 275 000 tonnes métriques de kérosène pour avion (Jet A1). L’exercice d’appel d’offres se clôturera le 27 octobre prochain.

Pour 2016/2017, la STC avait importé 700 000 tonnes métriques de ces carburants tombant dans la catégorie “White Oil”. En 2019/2020, ce sont cette fois 100 000 tonnes métriques de Mogas et 221 000 tonnes métriques de gasoil qui avaient été importées. Quant à la présente commande, la STC se réserve le droit de réajuster sa commande en fonction de la demande. « STC reserves the right to increase or decrease the above contractual quantities in response to changes in the level of demand of the products in Mauritius. The quantities of Jet A1 is based on the opening of the Mauritian borders as from October 2021.

However, if there is any major fluctuation in the demand of Jet A1, STC reserves the right to increase or decrease the contractual quantity beyond the above mentioned tolerance level without any liability to the supplier », souligne la STC.

L’organisme prend d’ailleurs deux précautions dans cet exercice d’appel d’offres, dont la première concerne les cas de litige. En cas de contentieux sur le contrat d’approvisionnement, la STC souligne en effet que l’affaire devra nécessairement être soumise à un juge en Chambre qui, éventuellement, nommera un arbitre pour trancher la question. La seconde précaution concerne la qualité du carburant. Ainsi, si le carburant fourni à la STC est jugé de mauvaise qualité, la corporation se réserve le droit de demander au fournisseur de reprendre sa cargaison, de la remplacer et de nettoyer les dégâts causés aux infrastructures.

Le tanker qui sera appelé à transporter la cargaison de “White Oil” à Maurice ne devra en outre pas être âgé de plus de 15 ans, et répondre aux critères de VIVO/Totalfina Marine Vetting Systems. « Cargoes of WO shall be shipped in double hull vessels only. WO shall be loaded in vessels with double segregation between grades. STC’s consent have to be sought to confreighting of cargoes not meant for STC, which shall not be unreasonably withheld », lit-on dans le document d’appel d’offres.

La STC se propose également d’engager un « surveyor » indépendant pour collecter des échantillons de produits pétroliers sur le tanker avant le débarquement de la cargaison. « In case of differences in the quality of the products between samples taken at loading and discharge ports, the quality determined at discharge port shall be deemed final and binding on both parties. In case the products are not within the required parameters, STC reserves the right to refuse to take delivery of the products. STC shall bear the survey costs at discharge port. »

En cas de découverte d’une fraude impliquant des officiels du gouvernement, la STC pourra également mettre fin au contrat. « If it is demonstrated that a Government official, or anyone acting on his or her behalf, and/ or a bidder in a procurement process or a supplier/contractor during the execution of the contract has committed prohibited or corrupt practices in connection with procurement in Mauritius, and independently of any penal action to be undertaken under the laws of Mauritius: i) STC will reject a proposal to award a contract in connection with the respective procurement process; or ii) where an award has already been made, the STC may terminate the contract pursuant to clause 15.1 of this section », souligne le document.