Photo illustration

La situation est compliquée pour le groupe Harel Mallac et la pandémie de Covid-19 n’arrange pas les choses. Il double ses pertes pour l’année 2020 par rapport à 2019. Celles-ci passent de Rs 146,4 millions à Rs 336,5 millions, soit une augmentation de 129,7%. De même, son chiffre d’affaires se rétrécit à Rs 2,9 milliards, comparé à Rs 3,2 milliards en 2019 et Rs 3,3 milliards en 2018.

Dirigé par Antoine Harel (Chairman) et Charles Harel (CEO) – tous deux réputés pour leur très grande discrétion – le groupe est engagé dans divers domaines dont les équipements et systèmes, les produits chimiques, la technologie et l’“asset management”. La pandémie, le confinement de deux mois en 2020 et la fermeture des frontières ont eu un impact négatif sur les finances du groupe.

Harel Mallac explique la baisse de son chiffre d’affaires par un recul des activités de son principal pôle d’activité, le Manufacturing & Trading cluster, précisant : « Despite this drop in revenue and higher costs of sales due to higher freight costs and a depreciating Mauritian Rupee witnessed in 2020, aggressive cost-containment measures enabled the Group to minimise its losses with a Loss before Finance Costs of Rs 33 million, which is similar to the Loss before Finance Costs of Rs 35 million reported for 2019. »
Déjà en 2019, soit avant la pandémie, Harel Mallac était en situation délicate, avec une baisse du chiffre d’affaires dans tous ses pôles d’activité. Et Antoine Harel parlait déjà de « disappointing financial performance ». Toujours en 2019, Charles Harel soulignait lui : « Harel Mallac did not perform at the level expected in 2019, which is, of course, a cause for concern and could even be alarming if not analysed by business segments ». Et d’ajouter que « the above decline highlights crucial challenges that remain to be overcome, in order to set our Group right ».

L’année dernière, Harel Mallac Technologies décrochait le contrat pour le NELS (National e-Licensing System), permettant aux entrepreneurs/investisseurs de solliciter des permis et autorisations en ligne. Par ailleurs, le groupe a fait appel à deux cadres pour diriger deux de ses entreprises stratégiques, en l’occurrence Yannick Applasamy (Novengi) et Yannis Fayd’herbe (MCFI).

Le groupe compte 800 employés répartis dans une vingtaine de compagnies. Il est présent à Madagascar, au Rwanda, en Tanzanie et Zambie. Ses compagnies les plus connues sont Novengi, Coolkote, Chemco, MCFI, Suchem, Bychemex, Archemics, Harel Mallac Technologies et Linxia. Le groupe était présent dans le secteur de la grande distribution, mais a finalement décidé de céder cette activité en vendant sa filiale Compagnie des Magasins Populaires Ltée (CMPL), qui opérait les supermarchés Monoprix au groupe IBL (Winner’s).