Photo illustration

– Le chiffre d’affaires de ce Major Player de l’hôtellerie divisé par huit

L’hémorragie se poursuit dans le secteur hôtelier et la saison de publication des comptes des grandes compagnies cotées en Bourse offre son lot de mauvaises surprises ces jours-ci… En début de semaine, c’était au tour de New Mauritius Hotels de publier ses états financiers pour la période de neuf premiers mois de l’exercice se terminant au 31 mars 2021 – et de battre un nouveau record de pertes dans la foulée.

En effet, le groupe plonge un peu plus dans les difficultés (en attendant le décaissement des fonds de la Mauritius Investment Corporation), avec des pertes de Rs 2,1 milliards sur neuf mois. Rien que sur le dernier trimestre de janvier à mars 2021, les pertes de NMH s’établissent à Rs 764,3 millions. S’agissant de son chiffre d’affaires, il se divise par huit pour la période de neuf mois au 31 mars 2021, atteignant Rs 940,2 millions par rapport à Rs 7,6 milliards pour la période correspondante du précédent exercice financier.

Cette contre-performance témoigne à quel point le premier groupe hôtelier du pays est lourdement impacté par les restrictions liées à la pandémie. Il a, d’ailleurs, réalisé un chiffre d’affaires très faible de Rs 351 millions pour le trimestre clos le 31 mars 2021, représentant moins de 15% du chiffre d’affaires « normal » pendant ce trimestre.
Commentant ses opérations à Maurice, NMH souligne que la fermeture des frontières nuit à l’industrie touristique mauricienne. Il précise d’ailleurs que « the second lockdown in March dealt a blow to management’s efforts to generate turnover from the local market ». Toutefois, le Wage Assistance Scheme, un financement relais supplémentaire de la part des banques et un important nombre d’initiatives de réduction des coûts ont permis au groupe d’honorer ses engagements financiers à ce stade.

Au Maroc, les opérations du Fairmont Royal Palm Marrakech font également face aux restrictions de voyage. Bien que l’établissement ait accueilli des locaux et un nombre limité de clients internationaux, cela n’a guère suffi. Aux Seychelles, où NMH loue le Sainte-Anne Resort au Club Med (Club Med Seychelles), il a reçu ses premiers revenus locatifs du Club Med pour la période du 1er février au 30 avril 2021, générant Rs 37 millions de profit après impôt pour le trimestre. Les revenus locatifs du Club Med sont appelés à générer un bénéfice annuel de quelque Rs 200 millions pour NMH, contre des pertes de quelque Rs 100 millions avant le redéveloppement de l’hôtel.

Les autres entités du groupe, soit Beachcomber Tours et Mautourco, subissent elles aussi d’importantes pertes, leurs activités étant au point mort en attendant la réouverture des frontières aux touristes.

Par ailleurs, suite à la signature d’un Term Sheet avec la MIC pour l’émission d’obligations convertibles de Rs 2,5 milliards, NMH a signé le Subscription Agreement avec cette institution le 5 mai. Les actionnaires seront bientôt convoqués à une assemblée générale pour approuver l’émission des obligations. Le décaissement des fonds de la MIC est attendu le mois prochain. En attendant, les frontières étant fermées depuis 14 mois, le secteur touristique continue de se battre pour survivre.

NMH est activement engagé dans les comités mixtes secteur public-privé qui ont été récemment mis en place pour planifier la réouverture des frontières. Avec la campagne de vaccination en cours, il y a une stratégie bien accueillie des autorités pour une réouverture « early and safe » de l’île aux voyages internationaux. Le Maroc devrait également assouplir progressivement les restrictions de voyage au cours des prochains mois et NMH attend que le Fairmont Royal Palm Marrakech recommence à accueillir un nombre important de visiteurs internationaux à partir de septembre 2021.