Photo illustration

— Rs 6 milliards de moins dans les recettes passant de Rs 39 Mds à Rs 33 Mds

– Les secteurs de la joaillerie et du textile présentés comme locomotive pour 2021

La pandémie de COVID-19 a considérablement affecté le secteur des exportations. En effet, ce secteur a enregistré une baisse de 13,6%, les recettes passant de Rs 39,1 milliards à Rs 33,8 milliards. Le plus grand espoir cette année repose sur le secteur de la joaillerie et des pierres précieuses, car le carnet de commandes est rempli jusqu’à novembre 2021, voire début 2022. On constate aussi une visibilité dans le secteur textile, car les “casual wear” sont en grande demande.

Le ministre du Développement industriel, des PME et des Coopératives, Sunil Bholah, a rappelé que la pandémie a eu des effets directs sur les différents secteurs économiques, en particulier celui de l’exportation qui, dit-il, est un des rares générant des devises dans le pays actuellement. « Je tiens à saluer le courage, la résilience, la persévérance et les efforts de nos industriels et entrepreneurs. Selon les projections du FMI de janvier 2021, après une récession en 2020, une reprise est attendue cette année sur nos principaux marchés », avance-t-il. Et de rappeler que le secteur des exportations comptait, en septembre 2020, 239 entreprises avec 40 597 emplois.

Selon les chiffres disponibles pour la période de janvier à novembre 2020, Maurice a enregistré une baisse de 13,6% dans le secteur de l’exportation comparé à la même période de l’année dernière. Le ministre soutient que la valeur de ce secteur est passée de Rs 39,1 milliards à Rs 33,8 milliards. Le textile et de l’habillement ont ainsi encouru une baisse de 17,6% du fait d’une réduction des commandes. Cependant, le ministre rassure que, depuis juin de l’année dernière, l’exportation du fil et du tissu connaît une tendance à la hausse. « Selon des informations glanées auprès des opérateurs, ils reçoivent toujours des commandes. Pour les quatre prochains mois, leurs carnets de commandes sont remplis. La tendance a shifté du formal wear au casual wear, car la majorité de consommateurs des principaux marchés travaille toujours de leur domicile », précise-t-il.

Pour ce qui est de la joaillerie, une baisse de 33% a été enregistrée, là encore du fait d’une décroissance de la demande dans les produits de luxe, notamment en raison du pouvoir d’achat des consommateurs. Mais une reprise est toutefois attendue cette année. Par ailleurs, une baisse de 8% a été notée du côté des poissons et produits dérivés. « La situation n’est pas alarmante, car les exportations ont démontré des signes de reprise depuis juillet 2020 », précise le ministre. En revanche, une légère hausse (+0,4%) a été enregistrée dans le commerce des appareils médicaux.

Le ministre Bholah a souligné que les démarches pour relancer le secteur des exportations reposent sur la mise en oeuvre des recommandations du rapport de la politique industrielle et du plan stratégique 2020-2025, lancé le 4 décembre 2020. Pour rappel, ce rapport repose sur cinq piliers et préconise 22 recommandations pour consolider et redynamiser la base manufacturière locale. « Le 14 décembre, un comité exécutif de supervision (Industrial Policy Oversight Committee) a été mis sur pied. Ce comité se réunit sous la présidence de la secrétaire permanente de la division du développement industriel et est composé des représentants de l’EDB, de la MEXA, de Business Mauritius, de l’AMM et du MCCI. Il a pour objectif de suivre et d’évaluer la mise en œuvre des recommandations du plan stratégique », explique-t-il.

Le 20 janvier dernier, l’Oversight Committee s’est réuni et a pris la décision de mettre sur pied huit sous-comités, soit : fondations de l’industrie, rehaussement de la chaîne de valeurs et processus d’enregistrement de nouvelles entreprises d’exportations; croissance globale et régionale des exportations; adoption de technologie de pointe; entreprises locales; textile et habillement; transformation alimentaire et produits dérivés du poisson; appareils médicaux et pharmaceutiques; et bijouterie/joaillerie. « Mon ministère se penche sur des mesures incitatives, comme préconisées dans le rapport du plan stratégique, pour encourager la diversification et encourager l’investissement dans le secteur manufacturier », reprend le ministre.

Selon Sunil Bholah, ces mesures permettront aux entreprises de rehausser le niveau et, ainsi, de réorganiser leur production. Il est par ailleurs revenu sur les mesures de soutien déjà en place pour aider les entreprises, à l’instar du Trade Promotion and Marketing Scheme (TPMS), qui permet le  remboursement de 60% du fret aérien pour les exportations vers l’Australie, le Canada, l’Europe, le Japon, les pays du Moyen-Orient, les États-Unis et le Vietnam. Pas moins de 177 bénéficiaires sont concernés et Rs 57,1 millions avaient été déboursées à décembre 2020, rappelle le ministre.

Autre mesure évoquée : le Freight Rebate Scheme pour les exportations vers l’Afrique, qui permet un remboursement de 25% du fret maritime pour les exportations vers 32 pays, couvrant un total de 48 ports. Selon lui, 37 bénéficiaires sont concernés, tandis que Rs 10,8 millions avaient été déboursées à décembre 2020 sous cet item.