Photo illustration
  • L’économie « Downgraded » de High Income Country Group à la catégorie Middle-Income avec un GNI Per Capita en déclin de 20,6% d’une année à l’autre

À peine l’Hôtel du Gouvernement s’est-il évertué à gérer le coup de semonce des Article IV Consultations du Fonds monétaire international (FMI), la sœur jumelle de Washington, notamment la Banque mondiale, a sorti ses griffes. Ainsi, à partir d’hier, Maurice a été reléguée du groupe High Income Country pour se retrouver dans la catégorie Middle-Income Country. De ce fait, l’économie de Maurice n’a fait qu’un aller-retour entre ces deux divisions de la ligue internationale des économies. Certes, du côté des Top Chefs de Lakwizinn du Prime Minister’s Office, l’on tentera de relativiser cette mauvaise note en termes de notation internationale en présentant les répercussions de Covid-19 sur l’économie.

Néanmoins, la partie ne devrait être nullement facile quand cette relégation est remise en perspective avec les analyses accablantes de la Banque mondiale formulée dans le cadre du Country Economic Memorandum (CEM). L’une des conclusions de la Banque mondiale est que longtemps avant la pandémie de Covid-19, l’économie de Maurice était bien mal en point avec notamment le document de travail soulignant avec force que « the shocks of 2020 came at a time when serious structural cracks were beginning to appear in the foundation of Mauritius’s long term growth potential ».

Pourtant à la publication du Country Economic Memorandum le 26 mai dernier, la Banque mondiale misait sur le budget 2021/22 pour rectifier le tir. Erik Von Uexkull, le représentant de la Banque mondiale soulignait alors que « this report lays out a short- and medium-term agenda to reignite inclusive and sustainable growth in Mauritius. While the global situation is slowly improving with the increased availability of vaccines, this is not a storm that countries can simply ride out and return to business as usual. For Mauritius, the best way forward will be to focus on its proven ability to adapt and preserve its social contract by laying the foundations for future inclusive growth. This can start now, under the new budget ».

Mais la nouvelle classification des économies par la Banque mondiale a renvoyé Maurice à ses études et ses réformes avec un Downgrade de High Income à Middle Income. « The re-classification released today is therefore based on 2020 national accounts data provided by Statistics Mauritius. It reflects the external shock from Covid-19, which hit the country very hard last year right after reaching the High Income milestone”, note encore le représentant de la Banque mondiale à Maurice.

La Banque mondiale ajoute qu’un retour au sein du High Income Group ne pourra se faire que par “a strong recovery, supported by an improvement of external conditions and growth enhancing structural reforms, could bring Mauritius back to High Income status in a relatively short period of time”

Les chiffres publiés par la Banque mondiale pour les besoins de cette nouvelle classification démontrent une baisse de 20,6% du GNI Per Capita à 10 230 dollars américains «  A 20,6 percent decline over the 2019 figure driven by a combination of the contraction in GDP and net foreign income, and the depreciation of the exchange rate. The annually adjusted high-income threshold is now at US$12,69 », conclut le communiqué de la Banque mondiale émis dans la soirée d’hier.