Les opérateurs mauriciens se disent confiants d’un vent d’optimisme portant la relance de ce secteur à l’arrêt total depuis 18 mois déjà

Les opérateurs hôteliers mauriciens, d’une part, et les autorités, dont le Deputy PrimeMinister et ministre du Tourisme, Steven Obeegadoo, et la Mauritius Tourism Promotion Authority (MTPA) jouent gros avec la réouverture des frontières du 1 er octobre. Mais ce calendrier a voulu que cette étape ouvrant la voie à une reprise du tourisme coïncide avec le plus grand rendez-vous du voyage au monde, le TopResa à Paris. Dans cette perspective, Maurice n’a pas lésié sur me moyens pour faire sentir sa présence sur la carte du tourisme comme une des destinations de rêve.

Ainsi, ce qui frappait en faisant escale, mardi, sur le stand de l’île Maurice, situé juste à l’entrée du hall 1 du Parc des Expositions de la Porte de Versailles, c’est le véritable vent d’optimisme qui souffle au sein de la communauté des opérateurs du tourisme présents. Ce 43e salon du tourisme IFTM TOPRESA qui se tient du 5 au 8 dans le 15e arrondissement de Paris a aussi eu la visite du Premier ministre adjoint et ministre du Tourisme, Steve Obeegadoo, actuellement à Paris pour souligner le grand retour de l’ancienne Ile de France aujourd’hui, l’île Maurice, dans la compétition serrée et ardue qui se joue sur le marché français notamment, après 18 mois de graves perturbations dans ce secteur d’activité dues au Covid-19.

« Je suis complètement d’accord. Depuis le 1er octobre et la réouverture, c’est le retour du business pour le marché français. Pour les vacances de la Toussaint, les réservations sont bien engagées » commente Véronique Berthier, chef marketing pour Lux Collection. Elle ne rate pas d’ajouter  qu’elle note des signes encourageants pour les vacances de fin d’année aussi et même pour février de l’année prochaine.

Un manque de chambre à Noel ?

Pour le groupe Lux Collection, cette fin d’année sera marquée par un grand évènement : l’inauguration le 1er décembre d’un nouvel établissement hôtelier, le Lux Grand’Baie. Un vaste ensemble de suites et villas bordant l’une des plus belles plages le long du littoral dans le Nord de l’île.

Quelques-uns vont même plus loin. « Il n’est pas impossible qu’à Noël nous manquions de chambres et d’avion » Malgré son large sourire Philippe Hitié, Executive Chairman de Summertimes, n’entend pas plaisanter. « Nous avions déjà connu ce type de crise. Lorsque l’activité a repris, cela é été fulgurant », souligne le patron de ce réceptif bien connu et bien implanté à Maurice et qui travaille en liaison avec les agences de voyage et les tours opérateurs en Europe et sur les principaux marchés du tourisme.

Crainte d’un retour en arrière

Toujours sur le stand de Maurice, Natasha Chedumbaram, qui assure la représentation d’un autre réceptif mauricien souligne : lLes clients sont là, les dossiers préparés, mais tout est en attente de concrétisation. Les clients veulent être rassurés qu’il n’y aura pas de retour en arrière ».

Il faudra donc rassurer, convaincre les touristes, les professionnels, d’Europe, d’Asie ou d’ailleurs que tout redémarre comme avant et que le pays ne se refermera pas, c’est le pari. Deux jours pour convaincre avec la présence du ministre de tutelle, adoubé du titre de Premier ministre adjoint, qui devrait être suffisant pour convaincre.

La crise Covid-19, à Maurice, si dépendante du tourisme, a, c’est certain, laissé des traces et en laissera encore pendant un certain temps, mais les ressources touristiques de l’île et sa réputation sont autant de gages pour qu’une nouvelle fois, Maurice se retrouve dans le top des destinations mondiales, et que les carnets de commandes et de réservations ne se mettent à remplir.

De paris, Patrice Fleurent et Joey Nicles Modeste

Ce contenu est réservé aux niveaux :Abonnement annuel (paiement via Paypal en USD ou en MUR par Virement bancaire), Abonnement mensuel (paiement via Paypal en USD), et Abonnement pour 6 mois (paiement via Paypal en USD ou en MUR par Virement bancaire)
S’inscrire
Log In