• L’étude Business Pulse de Business Mauritius prévoit que 71% des entités économiques s’attendent à une baisse de ‘turnover’ cette année
  • Les difficultés de trésorerie touchent plus de la moitié des entreprises

L’étude Business Pulse’réalisée par Business Mauritius sur l’impact de la COVID-19 sur les entreprises confirme que celles-ci sont en souffrance depuis l’éclatement de la pandémie. Cette étude a été réalisée avec le concours de Statistics Mauritius et de l’UNDP et a bénéficié du financement du gouvernement japonais. L’étude interroge les CEOs et le ‘senior management’ des entreprises sur une éventuelle baisse de la main d’œuvre dans les prochains mois et 27% des entreprises, soit au moins sur quatre, prévoient une compression de la main d’œuvre, accroissant la menace de licenciement. Toutefois, plus de la moitié des entreprises (55%) estime que le nombre d’emplois restera stable en leur sein durant les prochains mois, ce qui est « encourageant » selon le CEO de Business Mauritius, Kevin Ramkaloan. De plus, 28% des entreprises évoquent des « reduced earnings » pour les employés post-COVID. Il faut noter aussi que 79% des compagnies ont maintenu un ‘full employment’ à ce stade malgré les difficultés.

Le deuxième impact notable de la pandémie est, bien entendu, sur le chiffre d’affaires des entreprises. 71% d’entre elles sont confrontées à un recul de leur turnover pour l’exercice 2020/21, comparé à 2019/20. Et 19% d’entre elles anticipent une chute de plus de 50% de leur chiffre d’affaires, alors que 46% s’attendent à une baisse de plus de 25% de leur turnover.

La pandémie a pris la communauté des affaires par surprise dans le monde entier. Alors que certains pays luttent toujours pour diminuer le nombre de décès, d’autres sont en train de lutter pour redresser leur économie. C’est en vue d’éclairer la communauté des affaires locale que Business Mauritius a décidé de mener ce ‘Business Pulse’ avec le soutien de Statistics Mauritius et de l’UNDP. Les résultats de l’étude couplés à d’autres ‘assessments’ dans le futur permettront de comprendre les dynamiques du ‘business recovery’ à Maurice. Kevin Ramkaloan, explique que l’objectif est de bien comprendre l’impact de la pandémie sur les court, moyen et long termes, que ce soit sur l’emploi et sur les besoins des entreprises, entre autres. 404 entreprises ont participé à l’étude de BM, dont 50% de petites entreprises, 26% de moyennes entreprises et 24% de ‘large enterprises.’

Interrogées sur la situation actuelle, les entreprises sondées sont 78% à opérer normalement à l’heure actuelle, alors que pendant le lockdown 64% des entreprises ne travaillaient pas. Les principaux défis de la communauté des affaires sont : la baisse de la demande pour les produits et services (pour 67% des sondés), les difficultés de trésorerie (53%), le taux de change affectant les prix à l’importation (29%), les délais d’approvisionnement (23%), les délais de livraison pour les clients internationaux (14%), le manque de matières premières (10%) et les délais au niveau des fournisseurs locaux (6%).

Sur le plan des exportations, là encore un certain pessimisme règne dans la communauté des affaires. 25% se déclarent « uncertain about exports’ prospects » à moyen terme et 52% anticipent une baisse de leurs volumes d’exportations sur les six prochains mois.

Concernant les prix de vente des produits et services, les sentiments sont partagés. 33% s’attendent à une hausse générale des prix dans les prochains mois, 27% prévoient un « major change », alors que 14% ne prévoient pas de hausse de prix. 14% disent, eux, ne pas avoir de visibilité sur la question.

S’agissant de la visibilité sur le flux de trésorerie, 58% des entreprises affirment que leur situation actuelle leur permettra de rester opérationnelles sur les autres prochains mois tandis que 42% voient leurs opérations maintenues pour les trois prochains mois ou moins.

Interrogés sur les principales aides gouvernementales nécessaires, 61% répondent le Wage Assistance Scheme, 19% l’aide financière sous forme de prêts et Guarantee Schemes et 17% répondent une baisse ou abolition de taxes et de charges.

Interrogées sur un retour à la normale, 60% des entreprises pensent que ce ne sera pas avant six mois, sachant que six mois constituent une période longue, prévient Kevin Ramkaloan, alors que 10% estiment qu’il n’y aura jamais de retour à la normale.

Les conclusions de l’étude ont été présentées mardi dernier en présence de plusieurs personnalités dont Vidia Mooneegan, président de BM, Shuichiro Kawaguchi, ambassadeur du Japon à Maurice, Li Fa Cheung Kai Suet, directrice de Statistics Mauritius, et Amanda Serumaga, UNDP Representative.