Eddy Boissezon (Photo d'archives)

Le vice-président de la République, Eddy Boissezon, a exprimé « l’ambition de Maurice d’attirer plus d’investisseurs égyptiens » dans le cadre du développement des relations bilatérales entre nos deux pays. C’était vendredi, au siège de l’ambassade égyptienne de Maurice, à Ebène, lors de la cérémonie de remise des prix aux gagnants des compétitions d’art et de dissertation organisées par la mission diplomatique égyptienne à Maurice.

Eddy Boissezon a rappelé que les relations bilatérales entre nos deux pays remontent à 1972. « Des relations amicales, précise-t-il, qui se sont consolidées au fil des années. » Et de souligner la transformation et le progrès connus par l’Egypte, avant d’estimer que Maurice peut « bénéficier de son expertise » dans différents domaines et attirer des investissements. Le vice-président de la République a, entre autres, cité les infrastructures, l’économie bleue, le textile et l’eau. Tout en notant « la riche histoire égyptienne, qui fascine le monde ».

De leur côté, les gagnants des compétitions d’art et de dissertation organisées par l’ambassade égyptienne ont été récompensés vendredi lors d’une cérémonie de la mission diplomatique, à Ebène. L’initiative avait été lancée dans le cadre de la Journée internationale de la femme, mais aussi en marge de la Journée de la mère, en mars. L’ambassadrice égyptienne à Maurice, Alya Samir Borhan, a ainsi indiqué que « 288 entrées ont été reçues » pour le concours d’art et pas moins de 50 pour les dissertations. Elle a par ailleurs tenu à exprimer sa satisfaction quand au niveau des participants. « It was very interesting. The essays involved a great deal of research with very nice stories. » De nombreux participants se sont exprimés sur des sujets comme l’histoire de Moussa ou des pharaons. Elle a apprécié découvrir ces thèmes, « du point de vue des Mauriciens ».
Ces compétitions étaient ouvertes aux élèves du primaire et du secondaire. Ornelle Mandy, professeure d’art, a travaillé avec ses élèves sur l’ancienne Egypte, avant qu’ils aient choisi le sujet qu’ils souhaitent exploiter en peinture. Pour les petits comme les grands, c’était l’occasion de découvrir, à travers des recherches, la riche histoire de l’Egypte. « J’ai appris beaucoup de choses. J’ai notamment appris qu’en Egypte, il n’y avait pas que les pyramides, mais aussi des sphinx », souligne Hafsa, 8 ans, heureuse de recevoir un prix.

L’ambassadrice d’Egypte avance que la compétition a été lancée en février avec, pour objectif, de promouvoir la culture et le tourisme entre nos deux pays. Les participants ont été récompensés selon plusieurs critères, notamment le plus créatif, le meilleur portrait, les meilleures techniques, la meilleure illustration, de même que ceux qui pourraient être utilisés sous forme d’affiche, de carte ou encore d’imprimés sur t-shirt. A noter qu’il y avait aussi un “Merit Award”.