Photo illustration

En marge du lancement officiel de ses opérations à Maurice, la première bourse internationale panafricaine, Afrinex, a débuté la négociation fictive depuis lundi. Le but de cette bourse est de créer des conditions de concurrence égale pour Maurice afin que tous les fonds internationaux et les investissements offshore soient maintenus chez nous. Ce “mock trading” permet aux participants de réaliser des négociations fictives sur la plateforme d’échanges et de compensations et règlements avant d’aller de l’avant.

Le lancement des négociations fictives s’est déroulé en présence de Kobita Jugnauth, épouse du Premier ministre, Pravind Jugnauth, de la haute commissaire de l’Inde à Maurice, Nandini Singla, et de Krishna Gangopadhyay, directrice et CEO d’Afrinex. Étant donné la situation sanitaire, la cérémonie s’est tenue discrètement. Prenant la parole lors de cet événement, Kobita Jugnauth se réjouit que la compagnie soit la pierre angulaire permettant de faire de Maurice un centre financier international. Elle a aussi remercié le ministre des Services financiers, Mahen Seeruttun, et le secrétaire financier pour leurs efforts en vue que Maurice passe à l’étape suivante en devant un centre financier international.

De son côté, Nandini Singla est d’avis que Maurice est bien positionnée pour prendre son rôle comme la passerelle vers l’Afrique avec sa forte démocratie, sa transparence, son indice de développement humain et sa facilité à faire des affaires, qui sont parmi les meilleurs en Afrique. Parlant sur les opérations d’Afrinex, Krishna Gangopadhyay, elle, avance l’engouement de cette bourse à être partie prenante de la vision de Maurice à devenir un centre financier international. Cette bourse, dit-elle, offrira des services d’échanges mondiaux complets pour les participants. « Les marchés étant désormais ouverts à tous les participants, les membres qui souscrivent à nos services pourront se faire une idée concrète de ce que représente le fait de négocier sur la plateforme technologique de pointe d’Afrinex », dit-elle.

Afrinex a suscité un intérêt significatif depuis sa licence, accordée en novembre 2018, à Maurice et à l’international, en raison de sa proposition de valeur particulière, qui consiste à offrir des heures de négociations étendues sur plusieurs fuseaux horaires, et de sa plateforme technologique de pointe.