Depuis que Maurice a été placée sur la liste noire de l’Union européenne, les efforts se multiplient pour que le pays soit au plus vite enlevé de ladite liste. Des réunions sont organisées régulièrement au niveau du bureau du Premier ministre à cet effet. Steven Obeegadoo devrait bientôt se joindre à ces réunions.

« Nous espérons satisfaire les exigences de la Financial Action Task Force (FATF) et de l’UE pour que nous soyons sur la liste blanche », a déclaré le ministre des Services financiers, Mahen Seeruttun, vendredi après-midi lors d’une remise de certificats à une trentaine de femmes ayant suivi un cours d’une semaine sur la bonne gouvernance. Mahen Seeruttun fait ressortir que les efforts ont été redoublés pour que les manquements notés dans les services financiers locaux « soient réglés au plus vite ». Raison pour laquelle les ressources ont été renforcées pour atteindre cet objectif.

Dans cet élan à faire sortir Maurice de cette fameuse liste noire, il avance que le gouvernement consolide le cadre légal pour donner force de loi aux différentes institutions afin de renforcer leur mesure de contrôle et réduire les risques de blanchiment de capitaux et le financement d’activités liées au terrorisme. De ce fait, le projet de loi relatif sera présenté en deuxième lecture ce mardi à l’Assemblée nationale. Ce projet de loi, selon Mahen Seeruttun, « veut montrer que Maurice est en conformité » avec les règles de la FATF. « C’est un signal fort aux instances internationales pour qu’elles sachent que le gouvernement a la volonté pour que nous soyons en conformité aux différentes lois », dit-il.

Par ailleurs, il explique qu’une série d’actions est entreprise par le gouvernement. À ce sujet, il cite l’importance cruciale de la formation qui, martèle-t-il, « est essentielle, étant donné que plusieurs secteurs sont impliqués », notamment au niveau des enquêtes. Il ne cache pas que les « crimes financiers » sont « très sophistiqués » et demandent une formation spéciale pour que les enquêtes initiées sur ce type de crime aboutissent rapidement à une conclusion.

À une question du Mauricien sur l’annulation du meeting réunissant plusieurs « stakeholders » jeudi après-midi au bureau du Premier ministre, Mahen Seeruttun explique qu’elle avait pour but de faire retirer Maurice de la liste noire de l’UE. Ivan Collendavelloo ayant été révoqué, le ministre des Services financiers explique que son remplaçant en tant que DPM, à savoir Steven Obeegadoo, prendra le relais. La réunion se tiendra lundi prochain.

Pour assurer la bonne gouvernance dans l’octroi des contrats dans le secteur public, Mahen Seeruttun avance qu’une attention particulière est attachée à l’Office of Public Governance afin qu’il soit « plus dynamique, en vue de consolider les bonnes pratiques ». Selon lui, en redynamisant ce département, « l’approche sera plus proactive et les procédés améliorés dans le bon fonctionnement des institutions ». Par ailleurs, concernant Ivan Collendavelloo, le ministre Seeruttun n’a pas caché sa « tristesse » de « voir partir un collègue dans des circonstances pareilles ». Pour lui, « c’est à l’ICAC de faire son enquête ».