- Publicité -

Sucre : la production tournera autour de 270 000 tonnes cette année

Le prix ex-syndicat pour la récolte de 2020 fixé à Rs 14 062 contre Rs 11 383 l’année dernière

La production sucrière pour la campagne de 2021 est estimée à quelque 270 000 tonnes sur la base des informations obtenues par la Chambre d’Agriculture. Cette estimation tient en considération les conditions actuelles, une production de canne d’environ Rs 2,7 millions de tonnes et un taux d’extraction moyen de près de 10%.

- Publicité -

La bonne nouvelle pour les planteurs, cette année, est que le prix ex-syndicat des sucres pour la récolte de 2020 a été fixé à Rs 14 062 la tonne. Ce qui représente une hausse de 22% par rapport à l’année dernière lorsque le prix ex-syndicat était de Rs 11 383. Toutefois, les petits planteurs qui représentent une production de quelque 50 000 tonnes de sucre obtiendront un prix garanti de Rs 25 000 la tonne. Ce qui veut dire que le gouvernement ajoutera un montant de Rs 11 138 par tonne pour les petits planteurs.

L’augmentation de prix est attribuée à plusieurs facteurs, à savoir la hausse de prix sur le marché international. La moyenne des prix a enregistré une hausse, tenant compte du fait que la proportion de sucres spéciaux dans le mixte sucrier a enregistré une augmentation. Pas moins de 140 000 tonnes de sucre sur les 270 000 tonnes produites l’année dernière étaient des sucres spéciaux. Par ailleurs, les coûts d’opération aussi bien pour les gros planteurs que pour les petits planteurs ont enregistré une baisse. La dépréciation de la roupie a bénéficié essentiellement aux exportateurs.

Toujours, concernant la production sucrière, la Chambre de Commerce observe que la campagne sucrière 2021 se poursuit avec la mise en route des usines de Terra dans le secteur nord et d’Omnicane dans le secteur sud durant le mois de juillet. L’usine d’Alteo a commencé à recevoir ses cannes le 14 juin. Au 26 juin, cette usine avait déjà produit 4 400 tonnes de sucre pour un peu plus de 56 000 tonnes de cannes broyées. Alteo a reçu pendant en cette période un peu moins de 30% de cannes brûlées provenant de toutes les régions de l’île. Elle est la seule usine en opération à ce jour.

Après un mois d’avril pluvieux, les relevés du mois de mai indiquent une pluviométrie en dessous de la normale, représentant 69% de la moyenne à long terme (MLT) alors que celle de juin était supérieure à la normale, soit 176% de la MLT. Concernant la température dont l’écart des mesures entre le jour et la nuit est important pour l’accumulation du saccharose, elle révèle une amplitude en dessous de la normale pour les mois de mai et juin alors que l’ensoleillement était au-dessus de la normale pour le mois de mai, mais en dessous de la normale pour juin.

Dans l’ensemble, la Chambre d’Agriculture estime que les conditions climatiques pendant le mois de mai étaient plus favorables à la croissance de la canne qu’à sa maturation. En effet, le taux de saccharose enregistré – qui était inférieur à celui à la même période en 2020 – atteste que la canne était toujours dans une phase de développement, excepté pour les variétés déjà en floraison. Toutefois, ce taux a positivement évolué en juin et sa progression dépendra des conditions climatiques pendant les prochains mois.

En 2020, 2,6 millions de tonnes de canne ont été récoltées, donnant une production de 270 875 tonnes de sucre avec un taux d’extraction moyen de 10,34%.  Cette première estimation de la récolte a été établie à l’issue de la deuxième réunion du Crop Estimate Coordinating Committee tenue le jeudi 8 juillet 2021, qui regroupe des représentants de la Mauritius Cane Industry Authority, du Mauritius Sugarcane Industry Research Institute, des établissements sucriers et du Sugar Insurance Fund.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour